Accueil » Sécurité » Cameroun: le porte-parole d’un groupe séparatiste appelle à déposer les armes, un «non-événement» pour le gouvernement

Cameroun: le porte-parole d’un groupe séparatiste appelle à déposer les armes, un «non-événement» pour le gouvernement

by Theophile
Capo Daniel

Capo Daniel, responsable de la plateforme pour le plaidoyer en faveur des droits du peuple et ancien porte-parole des séparatistes, appelle au cessez-le-feu.

Capo Daniel souhaite abandonner la violence armée dans les régions anglophones et entamé un dialogue avec l’Etat. Ancien chef adjoint de l’Ambazonia Defence Force (ADF) dirigée par Ayaba Cho Lucas, il renonce aux hostilités contre le gouvernement central pour privilégier la voie de la « non-violence » dans la revendication de l’autodétermination des régions anglophones. Il appelle également les combattants sur le terrain à cesser les combats et à se désarmer en vue de négociations avec le gouvernement de Yaoundé.

« Nous avons opté pour la non-violence comme approche de défense du droit à l’autodétermination des Camerounais d’expression anglaise. Nous appelons toutes nos forces à stopper les hostilités » et à se rendre dans les centres de désarmement en attendant la conclusion d’un accord avec le gouvernement du Cameroun. N’ayant pas pu atteindre le but pour lequel ils se battent, Capo Daniel insiste. « Nous devons écouter nos populations et stopper la guerre. L’objectif de l’indépendance est perdu ». Il appelle aux négociations pour l’autonomie de l’« Ambazonie »

« Un gouvernement légitime ne discute pas avec des bandits »

« Les terroristes doivent cesser de rêver et doivent se rendre sans préalable. (…) Un gouvernement légitime ne discute pas avec des bandits. » C’est la réaction du ministre camerounais de l’Administration territoriale, Paul Atanga Nji.Pour lui, « Capo Daniel » veut se donner une importance qu’il n’a pas et qu’il n’aura jamais.

Le ministre, lui-même anglophone, rappelle qu’il y a eu un dialogue national en 2019 et que, selon les orientations du chef de l’État, Paul Biya, les repentis doivent « intégrer les centres DDR pour le début de leur reconversion (…) et ne seront pas inquiétés. » Du côté des « Ambazonia Defence Forces », bras armé du mouvement Ambazonia Governing Council, le nouveau porte-parole Lucas Asu, lui aussi en exil, qualifie « Capo Daniel » « de traître corrompu par le régime » de Yaoundé.  Pour lui, son appel à faire taire les armes est un acte désespéré qui n’engage pas le groupe séparatiste.

LIRE  Ouest-Haut Nkam: Le chef supérieur Banka humilié par des villageois

Du côté de la société civile, Fon Nsoh, coordinateur de Cominsud (Community Initiative for Sustainable Development, basée à Bamenda)  Esther Omam, directrice de l’ONG Reach Out, ou encore l’avocat Nkongho Félix Agbor Balla espèrent tout de même entendre d’autres voix s’élever pour appeler « les Amba boys »  à déposer les armes et pour ouvrir d’autres espaces de dialogue.

Le conflit dans les régions anglophones a débuté en 2016, suscité par les revendications des enseignants et avocats anglophones. Depuis lors, les affrontements armés et les représailles de l’armée ont causé plus de 6 000 morts et poussé des milliers de personnes à devenir réfugiées ou déplacées internes.

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment