Accueil » Politique » Cameroun-Justice : le procès en appel des militants du MRC renvoyé au 20 octobre

Cameroun-Justice : le procès en appel des militants du MRC renvoyé au 20 octobre

by Theophile
Maurice Kamto, Olivier Bibou Nissack et Alain Fogue

La première audience de cette affaire qui oppose les prisonniers du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun au Commissaire du Gouvernement a eu lieu ce jeudi 15 septembre 2022 à la Cour d’Appel du Centre.

Les débats n’ont toujours pas été ouverts dans le procès en appel des militants du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) détenus à la maison d’arrêt de Kondengui à Yaoundé. Le président du MRC, Maurice Kamto, avocat de profession, s’est constitué aux côtés du collectif Mme Sylvain Souop, pour défendre ses camarades arrêtés et condamnés à 5 et 7 ans d’emprisonnement lors des marches pacifiques du 22 septembre 2020.

Ils étaient 37 dans le box des accusés en plus d’Olivier Bibou Nissack, porte-parole de Maurice Kamto, et Alain Fogue, trésorier du MRC. Mais le collège des juges de la Cour d’appel du Centre a écourté l’audience, qui a été renvoyée au 20 octobre prochain.

Cette décision n’a vraiment pas surpris le collectif des avocats des prévenus, qui a pris du relief avec la constitution de Maurice Kamto, le président du MRC, en robe noire pour l’audience de ce matin. Mais le MRC a néanmoins réussi à mobiliser comme il le souhaitait.

« Le procès politique des militants du MRC du 15 septembre est public. Vivement que les Camerounais soient présents à la Cour d’appel du Centre pour être témoin de l’acharnement politique que subissent les militants du MRC depuis deux ans », pouvait-on lire avant le procès, sur les profils Facebook de plusieurs militants.

Les militants massés à l’extérieur du Tribunal ont fait montre de leur détermination à poursuivre leur combat pour le changement et la quête du pouvoir, à travers des chansons à la gloire de leur président Maurice Kamto.

LIRE  Cameroun: Samuel Eto'o Fils élu président de la Fecafoot

En rappel, une centaine de militants du MRC sont encore derrière les barreaux dans plusieurs villes du pays. Ils ont été interpellés pour la plupart après les marches interdites organisées par le parti de Maurice Kamto en septembre 2020. Ils avaient été présentés à un juge militaire, malgré la contestation de leurs avocats. Leurs dossiers ont été rouverts en appel dans une juridiction civile cette fois. Maurice Kamto avait récemment commenté : « On quitte les eaux glauques de l’illégalité vers une phase où on peut espérer que les juridictions civiles vont appliquer le droit ».

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment