Accueil » Sécurité » Cameroun – Carnet Noir :  L’ancien ministre de la Santé Publique  Hubert Nkoulou est mort

Cameroun – Carnet Noir :  L’ancien ministre de la Santé Publique  Hubert Nkoulou est mort

by Theophile
Hubert Nkoulou

Hubert Nkoulou range sa blouse. L’ancien ministre de la Santé publique, ancien directeur général de l’Hôpital général de Yaoundé et agrégé de médecine s’est éteint jeudi dernier à Yaoundé à l’âge de 95 ans.

L’intellectuel et homme politique, Hubert Nkoulou, est mort en fin de semaine à l’âge de 95 ans. Il aura été parmi les premiers Camerounais à tutoyer les cimes de la science. Le professeur Hubert Nkoulou n’est plus, l’abrégé de médecine a rendu l’âme le jeudi 22 février à Yaoundé. Le vieux avait une longue maladie qui a fini par l’emporter. Mais il a fait son temps ” , a expliqué une source proche de la famille.

Hubert Nkoulou fut ancien directeur général de l’hôpital général de Yaoundé de 1996 à 1998. Le défunt est agrégé de médecine, le deuxième camerounais professeur agrégé de médecine. Docteur en Science, administrateur, spécialiste des hôpitaux, professeur agrégé de médecine, il a dédié sa vie au service de la nation. «J’ai toujours en mémoire le premier discours du Renouveau dont les grandes lignes sont : justice, moralisation, justice sociale, intégration nationale et démocratie. Ce discours a fait sortir ceux qui étaient dans le maquis», avait-il déclaré dans un entretien accordé au journal Le Droit en 2011.

Né le 18 octobre 1929 à Olembé par Batchenga, le Pr HUBERT NKOULOU fait ses études primaires à la Mission Catholique de Bafia et ses études secondaires au Petit Séminaire d’Akono, puis au Lycée Général Leclerc à Yaoundé. Après l’obtention du Baccalauréat En Sciences expérimentales en 1956, il poursuit ses études supérieures au Conservatoire des Arts et Métiers en 1960. Parallèlement à cette formation d’ingénieur, il s’inscrit à la Faculté de Médecine de Paris et plus tard à Bordeaux, où il obtient le Doctorat en Médecine en 1963. En 1968, il obtient le diplôme de Docteur en science à Lausanne en Suisse. La même année, il obtient un Certificat d’Etudes Spéciales de Pédiatrie à Lausanne. Par ailleurs, il est titulaire d’un diplôme de Médecine tropicale, d’un diplôme de Parasitologie, d’un Certificat d’Etudes Spécialisés de Néphrologie infantile, et enfin, de l’Agrégation en Pédiatrie et Génétique médicale, obtenue à Paris en 1971.

LIRE  Crash d'un Boeing en Chine : les 132 occupants de l'appareil sont morts (officiel)

Son retour au Cameroun après ses études en France a été sollicité par l’ancien président Amadou Ahidjo ” Je suis revenu au Cameroun en 1972, c’est-à-dire la même année que j’ai été reçu au concours de l’Agrégation de médecine. Dès que le président Ahidjo a appris que j’ai été reçu au concours, il a envoyé un câblogramme à l’ambassadeur du Cameroun en France, qu’il me mette immédiatement en route pour que je vienne le rencontrer. Le président m’a reçu et il m’a dit : « Vous êtes le deuxième Camerounais à avoir été reçu au Concours d’agrégation dans ce pays. Il faut rentrer ; nous allons bâtir ce pays », expliquait-il .

Comme œuvre, le défunt a apporté sa pierre à l’édification du Cameroun. Il a contribué à la construction de l’Hôpital Général de Yaoundé, l’hôpital Gynéco-obstétrique de Yaoundé, l’Hôpital Général de Douala. Il a refait l’hôpital Laquintinie de Douala, l’hôpital d’Edéa, l’hôpital de Mbalmayo, celui d’Ebolowa, Obala, N’Gaoundéré.
Avec le soutien de feue Irène Biya il a bâti le service de Pédiatrie de l’Hôpital Central. Ils ont créé le centre des Handicapés de Etoug-Ebe, l’orphelinat de Soa, celui de Mbalmayo ; la léproserie de Mbalmayo. Ils ont aussi adopté des enfants orphelins, elle et lui. Du 18 juin 1983 au 4 février 1984, il fut Ministre de la Santé Publique; puis du 27 février 1996 au 13 février 1998, il assume les fonctions de DG de l’Hôpital Général de Yaoundé.

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment