Accueil » Sécurité » Rentrée scolaire : une élève tuée par une balle lors des coups de feu à Kumba

Rentrée scolaire : une élève tuée par une balle lors des coups de feu à Kumba

by Theophile
Des élèves dans un Lycée

Comme c’est le cas depuis le déclenchement de la crise anglophone dans les Régions du Sud-Ouest et du Nord-Ouest en 2017, le début de la rentrée est perturbé par le mot d’ordre d’école morte lancé par les séparatistes.

Après plusieurs mois de vacances, les élèves de toutes les régions du Cameroun ont repris le chemin de l’école ce lundi 04 septembre 2023. Dans la région du Sud-Ouest, ce premier jour de la rentrée scolaire a été marquée par la mort d’un élève. une fusillade a éclaté ce matin entre les séparatistes et l’armée. Des échanges de tirs qui ont causé la mort d’Ajeck Hilda, élève de GHS de Kake à Kumba dans la Région du Sud-Ouest…

Pour la nouvelle année scolaire, le gouvernement a fait savoir à l’opinion publique que des dispositions particulières ont été prises afin de garantir le bon déroulement de la rentrée.

« Diverses menaces sécuritaires sont enregistrées dans certaines parties du pays. Il s’agit notamment de la Région de l’Extrême-Nord où les terroristes de Boko haram semble reprendre du poil de la bête, bien que fortement affaiblis par les offensives menées par nos forces en collaboration avec la force multinationale mixte et les armées nationales des pays coalisés. Dans les Régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, l’embellie sécuritaire se consolide davantage. Toutefois, la prudence reste de mise. Nous devons pleinement être conscients de ce que la sécurité du pays à cette occasion particulière, concerne l’ensemble du territoire national. Une vigilance toute particulière doit être observée au niveau de nos frontières terrestres, maritimes et de notre espace aérien afin de prévenir l’onde de choc, des soubresauts et conséquences des crises politico sécuritaires en cours dans certains pays voisins. Les actions de préventions contre la criminalité routière doivent être menées avec une plus grande fermeté en cette période ou les flux et mouvement de personnes s’intensifient énormément sur nos différents axes routiers » a indiqué Joseph Beti Assomo, Le ministre délégué à la présidence en charge de la défense au cours d’une réunion d’évaluation sécuritaire, en prélude à la rentrée scolaire 2023/2024, tenue dans la salle des conférences de son département ministériel à Yaoundé.

LIRE  Diplomatie : Yaoundé va abriter le bureau régional Afrique de l’Organisation internationale pour la protection civile(OIPC)

Deux hommes abattus par les ambazoniens pour avoir assisté à une réunion sur la rentrée scolaire

Les combattants séparatistes sont prêts à tout pour que la rentrée scolaire soit boycottée dans le Nord-ouest et le Sud-ouest. Pour se faire entendre, les ambazoniens ont abattu deux hommes dans le village Mbessa. Leur crime : avoir assisté à une réunion sur la rentrée scolaire.

Mista Eric Fonjang et Mista Ndim John ont été tués par des ambazoniens alors qu’ils regagnaient leurs domiciles après avoir pris part à une réunion portant sur la rentrée scolaire.

Les séparatistes anglophones intensifient les appels au boycott dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest. Dans un podcast, Capo Daniel, le leader des Ambazonian Dark Forces (ADF), l’une des multiples factions sécessionnistes, demande « qu’aucun habitant de l’Ambazonie n’obéisse aux appels du gouvernement camerounais visant à la reprise des cours dans les régions anglophones ».

 Selon lui, l’enseignement tel qu’il est approuvé par le gouvernement camerounais « doit être banni ». Et « même si certaines d’entre [elles] sont devenues radicales et extrémistes, [toutes les factions indépendantistes rivales] s’accordent sur le fait qu’aucune loi camerounaise ne doit être à nouveau appliquée dans les régions anglophones », a-t-il affirmé depuis son exil européen.

À ses hommes engagés dans le conflit,  Capo Daniel demande de « ne laisser aucune chance à quiconque dispenser des cours conformes aux programmes du gouvernement ». Toute personne qui essayera « de placer son enfant entre les forces ambazoniennes et les soldats de la République portera la responsabilité de ce qu’il adviendra », a-t-il prevenu.

LIRE  Cameroun: Insécurité au NOSO: Plus de 1000 enseignants appelés à regagner leurs postes de travail

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment