Accueil » Le bâtonnier Tchakoute Patie Charles entame sa dernière marche sur terre

Le bâtonnier Tchakoute Patie Charles entame sa dernière marche sur terre

by Theophile
Le bâtonnier Tchakoute Patie Charles

Le bâtonnier Tchakoute Patie Charles sera porté en terre ce 13 mars 2021 dans son village natal à Bangangté à l’Ouest du pays.

Décédé le 04 octobre 2020 au Havre en France, les obsèques du bâtonnier de l’Ordre des avocats du Cameroun initialement prévues pour novembre 2020, avaient été reportées sine die par sa famille, non seulement à cause des querelles intestines familiales, mais aussi en raison de l’atmosphère délétère qui prévalait entre l’Ordre des avocats et le ministère de la justice, suites aux événements survenus le 10 décembre 2020 au palais de justice de Douala Bonanjo.

La levée de corps du défunt Bâtonnier de l’Ordre des avocats du Cameroun a eu lieu hier jeudi 11 mars 2021 à la morgue de l’hôpital de garnison militaire à Douala. Malgré l’aura du disparu, il n’y a pas eu grand monde à cause de la pandémie du coronavirus qui sévit encore.

Ce vendredi 12 mars, un hommage solennel lui sera rendu à la Cour Suprême de Yaoundé à partir de 10 heures. Maître Tchakoute Patie sera ensuite inhumé le 13 mars dans son village natal, à Bangangté dans la région de l’Ouest.

Agé de 57 ans Charles Tchakounté Patie avait été désigné par ses pairs comme nouveau bâtonnier de l’ordre des avocats du Cameroun le dimanche 25 novembre 2018, au terme d’une assemblée général extraordinaire à Douala.

Natif du département du Ndé, dans la région de l’Ouest Cameroun, ce dernier avait succédé à Jackson Ngnie Kamga qui l’avait battu dans la course au bâtonnat en 2015. L’intrépide avocat avait été élu par 650 voix contre 421. C’est le 16 janvier 1992 que Me Charles Tchakounté Patie s’inscrit au grand tableau des avocats au barreau du Cameroun. Il était un éminent avocat spécialisé dans le contentieux des affaires, il était également membre du conseil de l’ordre des avocats au barreau du Cameroun, l’organe délibérant et disciplinaire du barreau.

LIRE  Le préfet du Wouri suspend les spectacles et concerts de musique à Douala à cause du Covid-19

Il était aussi arbitre à la cour commune de justice et d’arbitrage (CCJA) de l’OHADA (Organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des Affaires) et arbitre au centre permanent d’arbitrage et Médiation (CPAM) du centre africain pour le Droit et le Développement (CADEV), une organisation associative d’envergure panafricaine spécialisée dans le plaidoyer pour la prise en compte du droit comme instrument de développement économique et social des Etats. C’est donc une véritable perte pour la justice Camerounaise. C’est le premier bâtonnier en fonction à rendre l’âme depuis l’existence du Barreau du Cameroun.

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment