Accueil » Cameroun – Obsèques de Christian Penda Ekoka : Kamto rend hommage à Penda Ekoka à travers un poème

Cameroun – Obsèques de Christian Penda Ekoka : Kamto rend hommage à Penda Ekoka à travers un poème

by Theophile
Maurice Kamto et Christian Penda Ekoka

Le président du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun dont la présence aux obsèques de Christian Penda Ekoka n’est pas souhaitée,  a dévoilé ces écrits ce vendredi 27 août 2021 pour témoigner sa reconnaissance à son ancien allié, qui a entamé ce même jour son dernier voyage vers l’éternité.

Décédé à Toronto au Canada le 8 août 2021, Christian Penda Ekoka du Mouvement ACT-AGIR sera inhumé dans la région du Littoral ce samedi 28 août 2021.

Alors que les obsèques de Christian Penda Ekoka ont officiellement débuté ce 27 août 2021, le Pr Maurice Kamto dont il a été l’allié politique, lui a adressé un poème d’adieu par le canal du journal Le Jour, parution de ce jour. Le poème avait été écrit par Maurice Kamto durant ses mois de détention, à la prison principale de Kondengui. La version finale du texte a été achevée au mois de mars 2020.

Des écrits qui traduisent le ferment d’une amitié politique qui aura marqué l’histoire de la politique camerounaise de ces dernières années, même s’il convient de relever que jusqu’au moment de la mort de Penda Ekoka, les deux hommes étaient relativement en froid.

camerounactuonline.com vous livre ce poème lyrique paru dans l’édition du journal d’Haman Mana ce vendredi 27 août 2021.

Maurice KAMTO à Christian PENDA EKOKA : ce qui a été a été
______________
L’UNISSON DE NOS CHEMINS
On doit se connaître depuis l’avant-monde
Là où prend racine ce qui n’est pas encore
Les destins s’unissent avant même de naître
La mission précède toujours les premiers pas
Qui connaît l’intérieur de notre lutte
Sait la transcendance de nos pensées
L’étendue de l’espérance
Ô torche allumée de la côte océane
En toutes choses se croisent nos rivières
Dont les cours unis se déroulent
Le long de cette terre endolorie
(Sauf en la vallée de l’âme
Où susurrent dans les cœurs disposés
Les murmures des orgues de Dieu)
À l’épicentre de nos vies a pris siège la fripouille
L’oblation du mensonge a révélé la chimère
Le trompe-l’œil du Veau d’or dissimulait le néant
Nos mains ardentes jettent dans les champs en friche
Des volées de semences pour les temps à venir.
Qu’elles croissent dans l’humus et les ronces
Et se souviennent toujours qu’aucune graine
N’aura choisi là où elle est tombée.

Maurice KAMTO

LIRE  Cameroun – Justice : le Conseil constitutionnel juge irrecevable la requête contre 18 DG en situation d’illégalité

(À Christian Penda Ekoka, en hommage,
Prison Principale de Kondengui, le 12/02/2019.
Version finale, 03/2020)

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment