Accueil » Afrique » Mort du président namibien Hage Geingob, militant anti-apartheid

Mort du président namibien Hage Geingob, militant anti-apartheid

by Theophile
Hage Geingob

Le président de la Namibie, Hage Geingob, est décédé dimanche à l’âge de 82 ans, a annoncé la présidence dans un message publié sur le réseau social X. Il s’agit d’une figure de l’indépendance et d’un ardent opposant au régime d’apartheid.

« C’est avec la plus grande tristesse et regret que je vous informe que notre bien-aimé docteur Hage G. Geingob, le président de la République de Namibie, est décédé aujourd’hui », est-il écrit dans une déclaration publiée sur le réseau social X (anciennement Twitter), signée par le nouveau chef de l’État par intérim, Nangolo Mbumba, jusqu’alors vice-président

Né en 1941 au nord du pays, Hage Geingob est, dès son plus jeune âge un militant anti-apartheid, à une époque où l’Afrique du Sud gouverne le territoire namibien, écrit notre correspondante à JohannesburgJoséphine Kloeckner. Puis c’est l’exil, vingt-sept ans hors de sa terre natale, d’abord au Botswana voisin, puis aux États-Unis, où il continue de militer pour l’indépendance de la Namibie. Il est le représentant sur le continent américain et aux Nations-Unies du mouvement de libération Swapo, aujourd’hui le parti au pouvoir.

C’est en 1989, à 48 ans, qu’il revient enfin en Namibie, à la veille de l’indépendance. Il en deviendra le premier Premier ministre, un poste qu’il occupera pendant quinze ans. En 2014, il est élu président, plébiscité par les électeurs. Malgré un premier mandat entaché par une récession et des allégations de corruption, il est réélu en 2019. Cette-année-là, des documents rendus publics par WikiLeaks avaient laissé notamment entendre que des responsables gouvernementaux avaient reçu des pots-de-vin d’une entreprise islandaise qui souhaitait s’assurer l’accès aux ressources halieutiques de la Namibie. L’année 2024 devait être sa dernière à la tête de l’État.

LIRE  Anglophone crisis: Several students injured after a bomb exploded in an Amphitheater at the University of Buea

Hage Geingob était entouré de son épouse et de ses enfants au moment de sa mort à l’hôpital Lady Pohamba dans la capitale. Le mois dernier, la présidence avait annoncé qu’un bilan médical de routine avait révélé la présence de “cellules cancéreuses” chez le chef de l’État et précisé qu’il allait suivre un “traitement approprié”, tout en conservant ses fonctions. Hage Geingob avait déjà connu des problèmes de santé, y compris avant son arrivée au pouvoir. En 2013, il avait été opéré du cerveau. L’an dernier, il avait été opéré de l’aorte en Afrique du Sud, pays voisin de la Namibie.

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment