Accueil » Sécurité » Insécurité : Le Ministre Atanga Nji alerte sur la gestion des armureries au Cameroun

Insécurité : Le Ministre Atanga Nji alerte sur la gestion des armureries au Cameroun

by Theophile
Paul Atanga Nji

Paul Atanga Nji a exprimé ses préoccupations concernant la gestion des 48 armureries du pays lors d’une réunion tenue à Yaoundé le 15 avril 2024.

Le ministre de l’Administration territoriale, Paul Atanga Nji, a réuni le 15 avril à Yaoundé les propriétaires d’armureries du pays pour leur faire part de son inquiétude face à certaines « irrégularités » constatées dans la gestion de ces commerces. Pour Paul Atanga Nji, la réunion avait pour objectif d’évaluer et sensibiliser les opérateurs du secteur des armes et des munitions, car le laxisme dans leur activité présente des risques pour la sécurité de l’État.

Atanga Nji a insisté sur la nécessité d’une vigilance accrue dans la vente des armes. Selon ses dires, certains individus utiliseraient de faux documents pour acquérir des armes et des munitions, notamment des terroristes et des criminels. Il a rappelé que les armuriers sont pénalement responsables des armes vendues sur la base de documents fallacieux.

Cette rencontre a également permis aux promoteurs d’armurerie d’exprimer au ministre de l’Administration territoriale leurs préoccupations. « Les promoteurs d’armurerie ont exposé les mesures de sécurité mises en place dans leurs établissements, telles que les systèmes de surveillance, les procédures de vérification des antécédents des requérants et des détenteurs et ainsi que les protocoles de stockage sécurisés. Ils ont également évoqué les défis rencontrés, notamment l’incidence du commerce illégal d’armes et munitions, la circulation des faux documents… », apprend-on.

Le ministère de l’Administration territoriale et les promoteurs d’armurerie ont aussi convenu de la nécessité de « mettre en place des programmes de sensibilisation du public sur les dangers des armes à feu » et de « collaborer pour identifier et poursuivre les auteurs d’actes criminels liés aux armes ».

LIRE  Le rapatriement des 60 Camerounais présumés en situation irrégulière aux États-Unis annulé

Circulation dangereuses des armes à feu

Le contrôle des armes à feu est une préoccupation constante du gouvernement. En mai 2021, le ministre de l’Administration territoriale avait décidé de suspendre la vente des pistolets traumatiques « au regard du contexte sécuritaire actuel et compte tenu de l’usage abusif de cette catégorie d’arme par des individus de moralité douteuse ». Il avait indiqué à cette période que près de 3 000 armes à feu circulaient de manière illégale au Cameroun. Les armuriers avaient déjà été mis en cause dans la prolifération des armes au sein de la population.

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment