Accueil » Grève contre la vie chère : des acteurs de la société civile interpellés par la police à Yaoundé

Grève contre la vie chère : des acteurs de la société civile interpellés par la police à Yaoundé

by Theophile
Ville de Yaoundé

Ils protestaient contre l’inflation des produits de consommation.

Des membres de la Confédération syndicale des travailleurs du Cameroun (CSTC) et des acteurs de la société civile ont été interpellés ce 5 avril  à Yaoundé. Ils s’étaient réunis devant le siège de la bourse du travail au quartier Messa pour dénoncer la vie chère. Contre toute attente,  les forces de maintien de l’ordre étaient venues empêcher le déroulement du point de presse de lancement de la grève générale contre la vie chère au Cameroun, selon le député Cabral Libii.

« Juste à l’heure du début, le collectif et acteurs de la société civile qui avaient appelé aux manifestations pacifiques sur l’étendue du territoire se sont fait interpellés par 3 commissaires de police pour une destination inconnue. Il  s’agit de Yimga Moussa, Ngon, Elouna, Avidi, Kadjob. Le Secrétaire Général de la CSTC Bama Célestin signataire de la grève est également introuvable. Nous y reviendrons. », écrit le président du PCRN sur sa page Facebook.

Cette interpellation intervient au lendemain de la sortie médiatique du ministre du Commerce, qui justifiait l’inflation par le covid et la guerre entre la Russie et l’Ukraine, deux principaux producteurs mondiaux du blé et maïs. Face à l’inflation généralisée des produits de grande consommation, Luc Magloire Mbarga Atangana a invité les consommateurs à être inventifs. Le membre du gouvernement a notamment proposé des achats groupés.

La situation est difficile et elle le sera probablement davantage dans les semaines et mois à venir. Cela nous impose de nous serrer davantage les coudes, de revoir nos façons de faire, de revisiter nos habitudes alimentaires et, en un mot, de nous adapter à ce nouveau monde qui naît sous nos yeux souvent incrédules», a déclaré le ministre du Commerce.

LIRE  Maurice Kamto and his activists, unwanted at the funeral of Christian Penda Ekoka

Pour l’opposant Cyrille Sam Mbaka, c’est au gouvernement de faire des efforts pour lutter contre la vie chère et non les populations. « C’est le gouvernement qui doit serrer la ceinture et non les populations en réduisant leur train de vie. », a-t-il dit ce mardi 5 avril 2022 sur les antennes d’ABK radio.

Le président  national de l’AFP craint que les émeutes de la faim de 2008 se reproduise au Cameroun. « On ne peut pas échapper à un schéma semblable aux événements de 2008; encore qu’en 2008, c’était une esquisse. Ce qui risque d’arriver sera plus grave parce que les conditions de vie deviennent de plus en plus difficiles. », prévient-il.

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment