Accueil » Non classé » Cameroun -Affaire Bopda : La ministre Abena Ondoua sort de son silence

Cameroun -Affaire Bopda : La ministre Abena Ondoua sort de son silence

by Theophile
Marie Thérèse Abena Ondoa

La ministre de la Promotion de la femme et de la Famille (Minproff) s’est rendue d’un communiqué, le 26 janvier dernier, une dizaine de jours après les premières dénonciations sous anonymat d’un présumé agresseur sexuel à Douala.

Dans ce communiqué, la ministre se réjouit que les autorités judiciaires se saisissent de l’affaire pour ouvrir une enquête afin d’établir la véracité des faits, qui mettent en lumière une fois de plus la question des violences faites aux femmes et aux enfants.

Hervé Bopda
Hervé Bopda

En attendant que la justice donne suite, la ministre propose l’assistance de son administration aux plaignantes, notamment par l’écoute et l’accompagnement psychosocial. Par la même occasion elle encourage « toutes les victimes à briser le silence pour rompre la chaîne de la violence et fournir aux autorités judiciaires les éléments nécessaires à la conduite des procédures destinées à établir la matérialité des faits ». Ce communiqué de la ministre Abena Ondoua est la première prise de position officielle d’un membre du gouvernement concernant l’affaire Bopda, qui suscite de vives réactions notamment sur les réseaux sociaux.

Sur la Toile en effet, les internautes s’étonnent du silence et de l’inaction du gouvernement après une centaine de dénonciations anonymes ciblant le fils d’un opérateur économique, très connu dans le milieu de la jet-set doualaise. L’homme est accusé d’agressions sexuelles, séquestrations, viol, harcèlement et menaces avec arme à feu. « Plus grave, certaines plaignantes ont évoqué le fait que le susnommé serait infecté par le VIH Sida et s’emploierait à le propager tant chez la gent féminine que chez des enfants, notamment les petits garçons », relève la ministre Abena ONDOA.

LIRE  Etat civil : les maires du Cameroun invités à numériser la production des actes de naissance

Pour l’instant, les autorités judiciaires font état de l’absence de plaintes, ce qui entrave l’ouverture d’une enquête. Cependant, des avocats soulignent que l’article 135 du code de procédure pénale permet de lancer une procédure judiciaire, stipulant que “lorsqu’une déclaration écrite ou verbale provient de la partie lésée par l’infraction, elle est qualifiée de plainte”.

A l’exception de la ministre de la Femme et de la Famille, aucune autre autorité ne s’est officiellement prononcée sur cette affaire. Il reste donc à voir comment cette affaire évoluera, en espérant que des mesures seront prises pour enquêter sur ces allégations et garantir que justice soit rendue, afin de mettre fin aux violences sexuelles et d’assurer la protection des femmes et des enfants.

l’appartement de Hervé Bopda sous scellé

L’étau se resserre autour de Hervé Bopda. Ce lundi matin, des images et des vidéos en circulation sur les réseaux sociaux, montraient une forte présence des gendarmes autour du domicile familial de présumé prédateur sexuel à Bonapriso. Selon nos sources, Hervé Bopda aurait pris la fuite à l’arrivée des gendarmes ce matin. Mais son appartement est sous scellé.

Ce n’est pas la première fois que la maison familiale de sieur Bopda est encerclée. Le jeudi 25 janvier 2024, il y a eu un déploiement spécial des forces de l’ordre dans l’un des domiciles familiales de Hervé Bopda à Shell New-Bell. Il s’agit en effet d’un immeuble où ce dernier s’est réfugié mercredi dernier. Plus de 10 voitures de policiers et gendarmes étaient sur place. Ces forces de l’ordre sont reparties par la suite après avoir interrogé les occupants de l’immeuble.

LIRE  Cameroun-Fécafoot : Samuel Eto’o élu Délégué dans la Sanaga Maritime dans la Région du Littoral

Difficile de savoir s’ils étaient à la recherche du fils du promoteur de l’entreprise Afrique Construction. Sieur Hervé Bopda, fait l’objet depuis quelques jours des accusations de viols, harcèlements sexuels sur les réseaux sociaux. Celui-ci aurait perdu la sérénité. « Nous apprenons des sources proches de  Hervé Bopda qu’après avoir vu ce déploiement des hommes en tenue, il aurait perdu la sérénité habituelle. Pour certains, cette présence des forces de l’ordre serait soit pour l’interpeller soit pour le protéger. Dans tous les cas on le saura dans les heures qui suivent », raconte le lanceur d’alerte Paul Chouta.

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment