Accueil » Cameroun » Attaques du 11 février à Nkambe : un attentat à la bombe fait au moins un mort et des blessées lors du défilé

Attaques du 11 février à Nkambe : un attentat à la bombe fait au moins un mort et des blessées lors du défilé

by Theophile
Attaque de Nkambe

La célébration de fête de la jeunesse à Nkambe dans le Nord-Ouest, a été marquée par une attaque sécessionniste qui a tué une personne et blessé 40 autres.

Dans la ville de Nkambe, département du Donga Mantung, région du Nord-Ouest, une bombe artisanale a explosé le 11 février dernier sur la place des fêtes peu après le défilé marquant la 58e fête nationale de la jeunesse. D’après des témoins, c’est lors du concert qui a suivi la parade des jeunes qu’une déflagration a perturbé l’événement. La bombe artisanale qui a explosé a fait au moins un mort et de nombreux blessés graves parmi les élèves, rapportent des sources. Des vidéos sur les réseaux sociaux montrent des scènes de panique avec des élèves en tenue de classe courant pour se mettre à l’abri.

Il est à noter que le 27 janvier dernier, Lucas Ayaba Cho, leader sécessionniste qui se présente comme le président de l’Ambazonia Governing Council, le gouvernement de la République fantasmé par les séparatistes anglophones, a ordonné à ses partisans de « verrouiller » lesdites régions du 10 au 12 février. Le but étant d’empêcher ou de perturber la célébration de la fête nationale de la jeunesse le 11 février. Une tactique employée par les séparatistes à tous les grands rendez-vous nationaux.

Adolphe Lélé Lafrique fait le point de l’attaque

Le gouverneur de la région a imputé cette attaque aux combattants séparatistes qui opèrent dans la zone anglophone du Cameroun depuis 7 ans. Trois d’entre eux, ont déjà été arrêtés selon ses informations. « Immédiatement informé, le préfet a mobilisé ses services de sécurité pour courir après les assaillants, les terroristes qui ont posé l’engin, et trois d’entre eux ont déjà été arrêtés et font l’objet d’une enquête très sérieuse », a déclaré à la chaîne de télévision publique, la CRTV, Monsieur Lele Lafrique. « Le nombre total des victimes de cet incident s’élève à près de 40, parmi lesquels quatre sont grièvement blessés. Outre près de 40 blessés, il y a un mort », a-t-il ajouté. Il convient de noter que les séparatistes opérant dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest avaient prescrit une opération ville morte à lors des célébrations liées au 11 février.

LIRE  Cameroon: Customs seize more than 1,600 phones imported into the Far North

Cette attaque intervient quelques jours seulement après l’installation du nouveau préfet du département du Donga Mantung. Événement qui a été précédé par l’enlèvement du sous-préfet de Bamenda II et cinq autres personnes qui se rendaient à cette cérémonie. Depuis 2017, les régions anglophones sont le théâtre de conflits entre les séparatistes et les forces gouvernementales, les premiers cherchant à établir une nation indépendante qu’ils appellent « Ambazonie »

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment