Accueil » Afrique » Signature à Bangui d’un accord avec un représentant des Emirates Arabe Unis, membre de l’alliance des BRICS

Signature à Bangui d’un accord avec un représentant des Emirates Arabe Unis, membre de l’alliance des BRICS

by Theophile
Signature à Bangui d'un accord avec un représentant des Emirates Arabe Unis, membre de l'alliance des BRICS

Il aura fallu plusieurs missions discrètes entre Bangui et Dubaï. Des émissaires au carnet d’adresse envié. Et des mois de pourparlers, pour en arriver à un accord longtemps désiré par le Président Faustin Archange Touadera.

Une délégation des Brics vient de conclure une visite de plusieurs jours à Bangui. Comme à chaque passage de l’organisation, de nombreuses annonces de partenariats ont été faites, notamment sur des lignes de chemin de fer vers les pays voisins, ou encore sur le déploiement de l’internet 5G. La plus spectaculaire, signée jeudi 18 janvier avec le ministre des Transports, Herbert Gontran Djono Ahaba, et le président Touadéra, porte sur la construction d’un nouvel aéroport dans la capitale centrafricaine, financé par les Émirats arabes unis.

Trois cents hectares de terrain doivent être mis à disposition par l’État centrafricain en vue de construire ce nouvel aéroport à l’extérieur de Bangui. Le consortium émirati mettrait sur la table 200 millions de dollars américains, plus de 120 milliards de francs CFA, pour livrer six pistes, un terminal passagers, un autre pour le fret, des entrepôts de stockage, des immeubles de bureaux et d’administrations, un centre commercial, et des hôtels cinq étoiles.

Le projet de second aéroport pour la capitale centrafricaine est discuté depuis plusieurs années, en raison du mauvais état de l’actuel site de Bangui-M’Poko. Celui-ci ne répond pas aux standards internationaux, la route d’accès est en mauvais état. Faute d’éclairage, on ne peut s’y poser qu’en journée. Les stocks de carburants sont régulièrement au plus bas, et l’offre hôtelière n’est pas à la hauteur du cahier des charges des grandes compagnies aériennes.

LIRE  Cameroun-Centrafrique: Amougou Belinga en route pour Bangui en Jet privé

Les autorités y voient un moyen de désenclavement du pays, et le début de grands projets d’infrastructures. Toutefois, cette annonce suscite un certain scepticisme. Plusieurs acteurs politiques et économiques centrafricains rappellent les promesses non suivies d’effets, comme l’installation du siège africain des Brics à Bangui. Ou encore les travaux d’aménagement de l’Île des Singes, dont une partie avait été cédée au Qatar en 2009.

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment