Accueil » Politique » Interdiction du congrès du PCRN : le juge de référé se déclare incompétent

Interdiction du congrès du PCRN : le juge de référé se déclare incompétent

by Theophile
PCRN

Le tout premier congrès ordinaire du Parti camerounais pour la réconciliation nationale (PCRN) reste interdit, malgré les efforts déployés par les responsables du parti pour lever cette interdiction.

L’interdiction du tout premier congrès ordinaire du Parti camerounais pour la réconciliation nationale (PCRN) décidée par le sous-préfet de l’arrondissement de Kribi n’a toujours pas été levée comme l’espéraient les responsables de cette formation politique. Ces derniers ont pour cela saisi le juge de référé. Ce dernier a rendu sa décision en se déclarant incompétent, comme le fait savoir Aristide Eko’o, le secrétaire adjoint numéro 1 du PCRN. Le cadre du PCRN a indiqué que le parti continuait de se préparer activement en vue du congrès, qui était initialement prévu pour la semaine suivante.« Malgré tout, nous continuons de nous préparer pour ce congrès qui doit débuter vendredi prochain », poursuit Aristide Eko’o.

L’organisation de cet événement reste un mystère pour le moment. Le PCRN n’a pas déposé une autre demande auprès d’une autre autorité administrative, préférant attendre les instructions de Cabral Libii, le président du parti. Les préparatifs se poursuivent néanmoins, comme le laisse entendre la photo postée par Cabral Libii montrant les membres du comité d’organisation et du comité technique d’organisation en réunion de travail. « On attend le mot d’ordre du président [le député Cabral Libii] », renseigne Aristide Eko’o, sans en dire plus.

On se rappelle, que ce congrès s’annonçait au PCRN comme la grand’messe avant l’élection présidentielle d’octobre 2025 pour laquelle le parti avouait faire mieux que la troisième place de leur président en 2018. Mais l’autorité administrative a cru bon d’interdire cet évènement en prétextant des dissensions internes « susceptibles de troubler gravement l’ordre public », comme on peut lire dans la décision du sous-préfet.Par ailleurs, Robert Kona, l’un des cofondateurs du parti, a déposé une plainte devant le Tribunal de première instance de Kaélé, remettant en question la légitimité du leadership de Cabral Libii. La première audience est prévue pour le 4 janvier prochain.

LIRE  Cameroun - Crise anglophone : 25 attaques enregistrées contre les écoles en 2023 dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment