Accueil » Cameroun: Tibor Nagy au sujet des récents massacres au Nord-Ouest : « Il n’y a pas de solution militaire »

Cameroun: Tibor Nagy au sujet des récents massacres au Nord-Ouest : « Il n’y a pas de solution militaire »

by Theophile
Tibor Nagy

Dans un tweet publié dans la soirée du mardi 22 septembre 2021, le diplomate américain a réagi aux attaques meurtrières des rebelles sécessionnistes ayant conduit à la mort de 15 soldats à Kikaikom et Bamessing la semaine dernière dans la région du Nord-Ouest.

« Tellement désolé de voir la violence accrue dans le conflit anglophone du Cameroun. J’ai prévenu pendant des années que s’il n’était pas résolu, le conflit deviendrait plus meurtrier et se propagerait. Il n’y a pas de solution militaire. Ce qui est dans l’esprit humain ne peut pas être éteint par la force », a analysé l’ex sous-secrétaire d’Etat américain aux affaires africaines, Tibor Nagy sur son compte twitter.

La sortie du diplomate américain fait suite aux attaques des hommes armés à Kikaikom et Bamessing les 12 et 16 septembre dernier, et qui ont tué au moins 15 soldats. Bien que n’étant plus aux affaires, l’ex sous-secrétaire d’Etat américain aux affaires africaines, Tibor Nagy, suit de très près la situation sociopolitique dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. La preuve, il ne manque pas de réagir aux exactions qui y sont commises par les belligérants sur le théâtre des opérations, comme il vient de le faire à la suite des tueries des forces de défense et de sécurité républicaine perpétrées la semaine dernière par des rebelles sécessionnistes dans les localités de  Kikaikom et Bamessing dans la région du Nord-Ouest.

LIRE  Cameroun: Les ordinateurs de PB Hev de Paul Biya vendus au marché noir en République Centrafricaine

Une énième sortie de Tibor Nagy, qui n’a jamais cessé d’appeler à un cessez-le-feu. La guerre s’enlise pourtant, et les tueries des soldats de la semaine dernière sont un record, car par le passé, jamais les « Amba boys » n’avaient tué autant de soldats à un intervalle de temps si réduit.

Comme Tibor Nagy, des intellectuels camerounais à l’instar de Dieudonné Essomba, pensent que la solution à cette guerre, est le fédéralisme. Cependant, l’Etat appelle les bandes armées à déposer les armes depuis cinq ans. Si certains l’ont fait et rejoint les centres de DDR, les autres continuent de commettre les exactions à l’encontre des militaires et civils.

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment