Accueil » Opinion » Cameroun-Police municipale : le préfet du Mfoundi accuse le maire Yoki Onana d’être hors la loi

Cameroun-Police municipale : le préfet du Mfoundi accuse le maire Yoki Onana d’être hors la loi

by Theophile
Emmanuel Mariel Djikdent, nouveau préfet du Mfoundi

Sans le citer, Emmanuel Djikdent accuse Yoki Onana d’avoir créé une police municipale dans l’illégalité.

Alors qu’il a organisé la sortie de la première cuvée de 35 policiers municipaux le 15 juillet dernier, Yoki Onana vient d’être stoppé dans son élan. Dans un communiqué-radio qu’il a signé le 19 juillet 2022, Emmanuel Mariel Djikdent fait savoir que la police municipale de la commune de Yaoundé VI a été créée en dehors du cadre légal. Le préfet du département du Mfoundi conclut donc que cette police est « nulle et de nul effet ».

Pour le démontrer, Emmanuel Djikdent rappelle l’article 2016 du Code général des collectivités territoriales décentralisées. Cet article dispose, à l’alinéa 2, que la création d’un service de police nationale doit approuvée par le conseil municipal, assortie d’une résolution dans laquelle sont indiqués les moyens, les attributions et les règles de fonctionnement.

Cette résolution doit par la suite être transmise au ministère de la Décentralisation et du Développement local (Minddevel) pour approbation. De toute évidence, l’exécutif municipal de Yaoundé VI ne s’est pas soumis à cet itinéraire prévu par les textes en vigueur.

Le préfet du Mfoundi vient donc de mettre fin à ce projet de police municipale porté par le maire de la commune de Yaoundé 6. Il l’invite à assurer prioritairement les missions traditionnelles de la CTD pour améliorer le cadre de vie des populations en intensifiant la lute contre le désordre urbain.

LIRE  Cameroun-Assassinat de Martinez Zogo: Le Groupe de presse l'Anecdote confirme l'arrestation de son PDG, Jean Pierre Amougou Belinga

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment