Accueil » Sécurité » Cameroun – lutte contre la corruption : plus de 500 agents publics licenciés en 2021

Cameroun – lutte contre la corruption : plus de 500 agents publics licenciés en 2021

by Theophile
contact Commission Nationale Anti-Corruption - CONAC Cameroun

D’après le rapport de la Commission nationale anti-corruption (Conac), ils sont au total 518 agents publics qui ont été licenciés en 2021 dans le cadre de la lutte contre la corruption au Cameroun.

Quelque 518 agents publics ont été licenciés en 2021 dans le cadre de la lutte contre la corruption. C’est ce qu’indique le dernier rapport de la Commission nationale anticorruption (Conac) sur l’état de la lutte contre ce fléau au Cameroun. Ces sanctions ont été prises au sein des départements ministériels et d’entreprises publiques et parapubliques, d’après le document rendu public le 10 novembre dernier.

D’après le rapport, 499 fonctionnaires et contractuels d’administration ont été licenciés et révoqués de la fonction publique pour absences irrégulières, dans le cadre de l’opération de comptage physique du personnel de l’État (Coppe). D’aucuns ont tout simplement été virés pour présentation de faux diplômes lors du recrutement ou pour fraude. Pour preuve, la Société nationale de raffinage (Sonara) a licencié 13 personnels. Comme elle, Electricity Development Corporation (EDC) a renvoyé cinq membres de son personnel.

Au total, 865 agents publics ont été sanctionnés pour des fautes diverses, les sanctions allant de l’avertissement au licenciement. À titre d’exemple: 106 ont écopé d’une suspension, 25 d’un retard à l’avancement, 23 d’un blâme, 21 d’un redéploiement, 17 d’un avertissement, 11 d’une mise en débet, 8 d’une mise à pied, 4 d’un abaissement d’échelon. On apprend que deux ont reçu l’ordre de rembourser les sommes indûment perçues et un a été déchargé de ses fonctions. «Certaines des affaires pour lesquelles ces personnes ont été sanctionnées ont donné lieu à des poursuites judiciaires», affirme la Conac. Pour la Conac, l’institution, ces sanctions prouvent que la répression contre la corruption est réellement «effective» dans l’administration publique camerounaise.

LIRE  Vie des partis politiques: Joshua Osih dément avoir quitté le Comité Exécutif National du SDF

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment