Accueil » Opinion » Henri Njalla Quan réagit après sa suspension par la Fecafoot

Henri Njalla Quan réagit après sa suspension par la Fecafoot

by Theophile
Njalla Quan et Samuel Eto'o

Contrairement au communiqué publié par la Fécafoot, Henri Njalla Quan Jr n’était pas présent à la réunion du bureau d’urgence de la fédération ce samedi matin. Le propriétaire de Njalla Quan FC l’a confirmé dans un post Facebook. C’est en effet sur les réseaux sociaux qu’il a appris sa suspension.

Lire ici sa réaction :

Comme prévu, je viens d’apprendre ma suspension via les médias sociaux. C’est intéressant ! Le même homme qui a déshonoré l’ensemble du « continent camerounais », humilié le chef de l’État et plus de 20 millions de Camerounais en refusant de ramasser le drapeau national lors de la cérémonie traditionnelle de remise des drapeaux présidée par le Premier ministre et le chef du gouvernement, avant la Coupe du monde de la FIFA, Brésil 2014, qui a notoirement manqué de respect au président de la Fédération camerounaise de football, M. Iya Mohamed, à de nombreuses reprises en tant que capitaine des Lions indomptables, et qui a commis d’autres actes d’indiscipline notables, devient soudainement un disciplinaire !

Vous avez pratiquement chassé le meilleur gardien du monde, André Onana, de l’équipe nationale du Cameroun, tout en frustrant d’autres joueurs vedettes qui sont de plus en plus mécontents de votre attitude omniprésente à l’intérieur de la tanière. N’oubliez pas que j’étais au Qatar ! Dans votre nouvelle attitude disciplinaire, vous m’avez suspendu de votre comité exécutif, préférant vous entourer de claqueurs de mains qui ne peuvent pas s’opposer à votre dictature brutalement répressive qui n’a aucun objectif de développement du football.

Monsieur le Président, permettez-moi de vous rappeler votre visite de campagne à Limbe en 2021, au cours de laquelle vous avez présenté votre projet, dont la priorité était l’unification d’une famille du football fragmentée (en particulier la résolution de la question de l’AG 2009), la transparence, la bonne gouvernance et bien d’autres choses encore.

LIRE  Cameroun: l’appel au secours de Marafa Hamidou Yaya, détenu depuis 2012

Je vous ai dit que je vous tiendrais personnellement responsable si nous n’atteignions pas ces objectifs et c’est exactement ce que je fais puisque vous avez refusé de m’écouter. Comme nous pouvons tous le constater, après avoir résolu le problème de l’assemblée de 2009, qui était le plus important pour vous parce qu’il consolidait votre pouvoir, vous avez échoué et totalement négligé les autres objectifs, en particulier les objectifs sportifs. Un regard critique sur nos équipes nationales nous donne une description complète de votre gestion et de votre leadership catastrophiques et médiocres. Avec les récents événements, et avec vous qui gouvernez avec une telle brutalité, je suis de plus en plus inquiet que le football camerounais continue à souffrir et que nous risquions sérieusement de manquer la prochaine AFCON en Côte d’Ivoire.

Apparemment inquiet de mes récentes sorties, vous vous êtes rendu hier à Limbe pour rencontrer vos amis de caractère très douteux avec lesquels, dans votre nature habituelle, vous avez manipulé et incité à se retourner contre moi. Vous faites ce que vous savez le mieux faire : diviser pour mieux régner. Seulement 24 heures après cette réunion, j’ai reçu des insultes désobligeantes qui pourraient être transcendées en menaces de la part de votre bon ami « Bob le parrain ».

 Il est dommage qu’au lieu de rechercher la paix, l’unité et de s’attaquer aux problèmes de fond, vous provoquiez des divisions internes et refusiez de vous attaquer aux problèmes de fond en envoyant mes propres pairs contre moi. Cela se retournera sûrement contre vous, Monsieur le Président !

LIRE  Cameroun-Drame: Plusieurs morts dans l’effondrement d’un immeuble à Douala

Je suis surpris de constater que vos amis proches sont responsables des menaces les plus dangereuses que j’ai reçues directement et contre lesquelles vous n’avez rien fait, ce qui montre clairement que vous êtes la main invisible derrière toutes les menaces et les attaques dont j’ai fait l’objet. J’attends toujours de savoir exactement ce que j’ai fait de mal dans le milieu du football pour justifier un traitement aussi inhumain.

 Il convient de noter que les attaques de vos amis proches se sont intensifiées après que j’ai demandé, à juste titre, des contrats liés au marketing, qui relèvent directement de ma compétence en tant que vice-président et chef de la commission du marketing et des médias. Il est clair que mes valeurs morales et spirituelles, sur lesquelles je ne transigerai jamais, ne s’alignent pas sur les vôtres !

Monsieur le Président, il ne reste que très peu de temps pour commencer à arranger les choses. Je vous conseille vivement de vous dissocier de ces collaborateurs douteux si vous avez vraiment l’intention de rendre le football camerounais à nouveau grand, je ne risquerai pas de sombrer avec eux ! Le monde entier regarde et des enquêtes internationales sont en cours sur le plus grand scandale du football mondial.

Puisque vous avez refusé de me rencontrer en personne pour aborder ces questions, veuillez répondre à ces questions :

Que cachez-vous dans ces contrats ?

Où sont les 300 millions de francs de subventions que vous avez promis aux clubs amateurs depuis août 2022 ?

Près d’un an après la signature du plus gros contrat de sponsoring de l’histoire de la Fecafoot, où est le bus One All Sports ?

LIRE  Le Coq sportif répond à la Fecafoot après la Résiliation de son contrat par la FECAFOOT

Vous aviez promis de ne pas prendre votre salaire, de le consacrer au développement du football amateur, où en est-on ?

En guise de conseil amical, Monsieur, ouvrez votre Bible et relisez l’histoire de David et Goliath, si tant est que vous l’ayez déjà fait. Certains d’entre nous aiment vraiment ce pays ! Tous les Camerounais ne sont pas affamés, corrompus et sataniques.

Leçon de morale : Le sang des innocents est toujours difficile à digérer

Henri Njalla Quan Jr

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment