Accueil » Crise anglophone: Tibor Nagy tance la position de la France au sujet des « droits des anglophones » dans le conflit au Nord-Ouest et au Sud-Ouest

Crise anglophone: Tibor Nagy tance la position de la France au sujet des « droits des anglophones » dans le conflit au Nord-Ouest et au Sud-Ouest

by Theophile
Tibor Nagy

Le diplomate américaine multiplie ses déclarations sur la crise anglophone. Dans une nouvelle sortie, il égratigne la France pour son silence coupable sur la méthode de Yaoundé pour mettre un terme à crise.

A la lecture et à l’analyse de ce tweet de Tibor Nagy, ex sous-secrétaire d’Etat américain aux affaires africaines sous le règne de l’ancien président américain Donald Trump, la France continue d’avoir une position ambigüe et pas clarifiée au sujet des « droits des anglophones », en conflit avec le régime de Yaoundé depuis 2016.

Fervent soutien à l’autonomisation des régions anglophones du Cameroun, le diplomate américain Tibor Nagy ne comprend pas la position de Paris dans la crise qui secoue depuis des années, les régions anglophones du pays. Dans sa déclaration, Tibor Nagy compare la Québec aux régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun. Il accuse par ailleurs Paris de n’avoir pas soutenu les anglophones comme il l’avait fait au Canada.

« La France a été un fervent partisan des droits francophones pour le Québec au Canada – Prez De Gaulle a même déclaré “Vive le Québec Libre!” Que diriez-vous d’un soutien égal aux droits des anglophones au Cameroun ?! Quelle est la différence en termes humains? », a tweeté Tibor Nagy dans la nuit du mercredi 13 octobre 2021.

Il va sans dire que pour le diplomate américain, la France devrait faire preuve d’autant d’implication dans la défense des droits humains et prendre le parti des minorités anglophones que la communauté internationale juge aujourd’hui marginalisée par cette guerre.

Les forces gouvernementales et sécessionnistes anglophones se livrent une guerre sans merci dans les régions du Nord-Ouest et du sud-Ouest du Cameroun depuis 2017. Partie d’une série de revendication, la crise s’est muée en une véritable guérilla entre les deux parties faisant de nombreux morts et déplacés.

LIRE  Route Bamenda-Babadjou : le Premier ministre annonce la reprise des travaux avant la fin du mois d’octobre

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment