Accueil » Economie » Cameroun : 8,6 milliards FCFA de la Banque commerciale du Cameroun pour relancer la production agricole

Cameroun : 8,6 milliards FCFA de la Banque commerciale du Cameroun pour relancer la production agricole

by Theophile
Le ministre Gabriel Mbairobe

Le ministre de l’Agriculture, Gabriel Mbairobe, vient de signer avec la Commercial Bank Cameroon (CBC) une convention d’ouverture d’une ligne de crédit d’un montant total de 8,6 milliards de FCFA, afin de faciliter l’accès aux financements aux agriculteurs.

Gabriel Mbaïrobe, ministre de l’Agriculture et du développement rural (Minader) et Léandre Djummo, directeur général de la Commercial Bank of Cameroon (CBC), ont signé le jeudi 08 septembre à Yaoundé, une convention de partenariat. C’était en présence du directeur général de la Banque africaine de développement (BAD) pour l’Afrique Centrale, Serge N’Guessan.

L’accord signé hier entre les deux parties porte sur l’ouverture d’une ligne de crédit de 8,6 milliards de FCFA mise à disposition par la BAD à l’Etat du Cameroun, dans le cadre de la mise en œuvre du Projet de Développement des Chaînes de Valeurs Agricoles (PD-CVA).

Le nouvel outil financier comporte deux guichets, le fonds de garantie d’un montant de 3 milliards FCFA et la facilité de refinancement à hauteur de 8,6 milliards FCFA. La facilité de refinancement va engloutir 60% des besoins des porteurs de projets, les Etablissements de microfinance (EMF) vont contribuer à hauteur de 30% de leurs ressources propres et le porteur de projet à 10%.

Le partenariat Minader-CBC vise à augmenter les revenus des bénéficiaires à 818 000 FCFA par ménage et par ménage et plus de 6 millions de FCFA pour les jeunes entrepreneurs.

La ligne de crédit désormais disponible à la CBC, apprend-on, vise principalement les femmes, les jeunes et les PME, qui produisent l’huile de palme, l’ananas et la banane plantain. Ces trois produits ont été choisi, apprend-on officiellement, « en raison (…) de leurs marchés et possibilités de transformation, de leur importance économique (revenus et emplois) et de leur incidence sur la sécurité alimentaire ».   

LIRE  Cameroun-Est : les chefs traditionnels s'arriment aux TIC

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment