Accueil » Opinion » Affaire Martinez Zogo : Le député PCRN demande des explications suite à la libération de Léopold Maxime Eko Eko et Jean-Pierre Amougou Belinga

Affaire Martinez Zogo : Le député PCRN demande des explications suite à la libération de Léopold Maxime Eko Eko et Jean-Pierre Amougou Belinga

by Theophile
Cabral Libii

Le président national du Pcrn a fait cette déclaration à travers une publication sur Facebook le samedi 2 décembre 2023

Le juge d’instruction avait pris une ordonnance de libération pour Léopold Maxime Eko Eko et Jean-Pierre Amougou Belinga. Cette décision était basée sur les résultats d’auditions et de confrontations avec l’accusateur principal, le lieutenant-colonel Justin Danwe, qui avaient conduit à la conclusion que leur détention n’était plus nécessaire pour établir la vérité. Cependant, un document circulant sur les réseaux sociaux prétend que les décisions précédentes, y compris l’ordonnance du juge d’instruction, sont des faux

Le député du PCRN, Cabral Libii, exige une demande d’explications suite à la libération avortée de deux des principaux prévenus dans l’affaire Martinez Zogo, à savoir Léopold Maxime Eko Eko et Jean-Pierre Amougou Belinga. Une ordonnance de mise en liberté avait été émise par le juge d’instruction, mais des doutes subsistent quant à son authenticité. Le député exige des enquêtes pour déterminer la véracité de l’ordonnance et pour poursuivre les auteurs de toute falsification éventuelle.

« Les institutions qui rendent un pays digne d’être considéré comme tel, ne peuvent être à ce point manipulées. Si l’ordonnance de mise en liberté n’est pas authentique, le procès-verbal de notification de cette ordonnance qu’on voit ici n’est donc pas authentique non plus ? Si cette ordonnance n’est pas authentique, quelle enquête est immédiatement diligentée pour traquer les auteurs de ce faux, de cet usage de faux, de ce faux en écriture publique? Ceux dont les noms figurent sur le procès-verbal de notification non authentique sont-ils déjà interrogés dans le cadre d’une enquête ? Qui prend la parole pour édifier et rassurer le peuple?  Est-il donc clair que désormais chacun doit « couper sa part de pays » ? Le Gabon se rapproche… », écrit le président national du PCRN. Il s’exprimait sur sa page Facebook.

LIRE  Dieudonné Essomba : « j’ai été l’un des premiers à indiquer que Samuel Eto’o n’avait pas les compétences pour gérer cette fédération »

Après plusieurs semaines passées au Secrétariat d’État à la défense (SED), Jean-Pierre Amougou Belinga, Léopold Maxime Eko Eko, Justin Danwe et les autres personnes suspectées d’avoir assassiné Martinez Zogo ont finalement été inculpés le samedi 4 mars 2023 par le tribunal militaire de Yaoundé et incarcérés à la prison principale de Kondengui.

Martinez Zogo a été enlevé le 17 janvier 2023 devant la brigade de gendarmerie de Nkol-Nkondi, dans la banlieue de Yaoundé, par des inconnus. Son corps sans vie a été découvert cinq jours plus tard par les riverains à Ebogo III, une autre banlieue de la capitale camerounaise. Il a été déposé à la morgue de l’Hôpital central de Yaoundé. L’autopsie réalisée dans la foulée a révélé que le corps a subi de nombreux sévices.

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment