Accueil » Opinion » Affaire de Moulinex : Valère Bessala répond au Ministre Paul Atanga Nji « On ne parle pas comme ça à un peuple ».

Affaire de Moulinex : Valère Bessala répond au Ministre Paul Atanga Nji « On ne parle pas comme ça à un peuple ».

by Theophile
Valère Bertrand Bessala

Valere Bessala s’est exprimé ainsi au sujet de la mise en garde du Minat aux motos taxi men, dans Canal presse sur Canal 2 international, comme l’a noté camerounactuonline.com.

Le ministre de l’Administration territoriale, Paul Atanga Nji a en effet adressé une sérieuse mise en garde aux conducteurs de moto taxi, mardi 26 septembre. Avec l’ensemble des services concernés, les différentes menaces ont été évoquées. Ce qui a amené le ministre Paul Atanga Nji à adresser « des mises en garde formelles aux auteurs des actes de vandalisme et de troubles à l’ordre public. Les contrevenants et délinquants face aux mesures prises vont se heurter à la rigueur de la loi. »

Les déclarations de Valère Bessala, guide du parti Jouvence concernent la manière dont le ministre Paul Atanga Nji s’adresse aux citoyens, en particulier dans le contexte des avertissements adressés aux conducteurs de motos-taxis. « À ceux qui veulent savoir comment ce ministre parle, il parle comme un ministre épineux parce qu’on ne parle pas comme ça à un peuple. On ne menace pas un peuple. D’abord c’était les serpents affamés, maintenant c’est le Moulinex (…) Ce qu’il fait là, ce n’est pas comme ça que cela devrait être fait », a indiqué Valere Bessala dans l’émission Canal Presse sur Canal 2 International.

Ces déclarations reflètent des points de vue et des opinions divergents sur la manière dont le gouvernement communique avec les citoyens et sur son efficacité dans la résolution des problèmes auxquels le pays est confronté. Justin Noah, secrétaire général adjoint du MRC (Mouvement pour la Renaissance du Cameroun), exprime son insatisfaction à l’égard du gouvernement en soulignant son incapacité présumée à résoudre les problèmes des Camerounais. Il appelle apparemment le gouvernement à laisser le MRC s’occuper de ces questions. « Ils sont incapables  de résoudre le moindre problème des camerounais. C’est pour cela que nous leur demandons de nous laisser faire le travail », pense Justin Noah, secrétaire général adjoint du MRC, dans Canal Presse sur Canal2.

LIRE  CAN 2021: Paul Biya invite la DG de l’Unesco à assister à la finale du 6 février prochain

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment