Accueil » Sécurité » RCA: la France condamne l’attaque qui a causé la mort d’un soldat camerounais

RCA: la France condamne l’attaque qui a causé la mort d’un soldat camerounais

by Theophile
Des soldats camerounais de la MINUSCA

L’attaque survenue, le lundi 15 janvier 2024, à Mbindale, a causé la mort d’un militaire camerounais en République Centrafricaine.

Sur sa page Facebook, l’ambassade de France au Cameroun a condamné l’attaque armée qui a coûté la vie à un soldat camerounais de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique (Minusca). D’après le la représentation diplomatique française, cette attaque est survenue le lundi 15 janvier 2024 à Mbindale dans la préfecture du Lim Pendé, en République centrafricaine voisine. « La France condamne avec la plus grande fermeté l’attaque contre la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique (MINUSCA), survenue le lundi 15 janvier 2024 à Mbindale dans la préfecture du Lim Pendé et qui a coûté la vie à un casque bleu camerounais », indique le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères de la France dans un communiqué. Par ailleurs, la France adresse « ses condoléances aux proches du soldat décédé et aux autorités camerounaises » et « souhaite un prompt rétablissement aux blessés. »

Selon les autorités françaises, les auteurs de l’attaque meurtrière de Mbindale devront être recherchés et punis. « Les responsables de cette attaque devront être identifiés et répondre de leurs actes. La France salue l’engagement de la MINUSCA et renouvelle son plein soutien à son action », indique le Quai d’Orsay.

La Minusca a confirmé, dans un communiqué du 15 janvier, qu’une attaque à la mine artisanale avait bien eu lieu dans cette localité du nord-ouest de la Centrafrique. « Le soldat de la paix, Atebele Emmanuel Steve, a perdu la vie au cours d’une patrouille de la Force dans le village de Mbindale (entre Kowone et Pougol), à 45 km au nord-ouest de Paoua », peut-on lire dans ce communiqué. La Minusca ajoute que « cinq autres Casques bleus ont été blessés, dont deux grièvement, à la suite de cette explosion ». Les blessés ont été soignés entre Pougol et Bouar.

LIRE  Bernard Tchoutang : « Joseph Antoine Bell n’a jamais été un rassembleur. C’est un diviseur »

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment