Accueil » Economie » Le Cameroun s’achemine vers une 2e hausse des tarifs du transport routier après la revalorisation des prix des carburants

Le Cameroun s’achemine vers une 2e hausse des tarifs du transport routier après la revalorisation des prix des carburants

by Theophile
Taxi Yaoundé

Le prix du trajet en taxi passe de 300 à 350 le jour et à 400 francs CFA la nuit. Sur les lignes interurbaines, le prix du kilomètre passe de 14 à 16 francs CFA.

Les autorités et des représentants de syndicats de transporteurs se sont accordés le 19 février 2024 sur des hausses des tarifs des transports urbains et interurbains. Une décision qui intervient près de deux semaines après l’augmentation de 15 % du prix du carburant. En ville, le prix du trajet en taxi passe de 300 à 350 le jour et à 400 francs CFA la nuit. Sur les lignes interurbaines, le prix du kilomètre passe de 14 à 16 francs CFA.  

Des hausses réclamées par les syndicats de transporteurs et annoncées à l’issue d’une réunion de concertation entre les ministres du Commerce, des Transports et celui du Travail. Aucun des trois ministres présents dans la salle n’a souhaité s’exprimer après trois heures d’échanges plutôt rudes avec les associations de consommateurs et les syndicalistes. Les syndicalistes ont obtenu une augmentation des prix des transports urbains et interurbains. Deffo Sokeng, président du Syndicat national des transporteurs interurbains, annonce : « Dès maintenant, le prix du taxi en journée est de 350 francs et de nuit, c’est à 400 francs. Pour ce qui est du transport interurbain, on est arrivé pratiquement de 14 francs le kilomètre à 16 francs le kilomètre… Avec ce niveau-là, on peut déjà moins stresser sur le fait de compenser ce que nous paierons en termes de carburant. »

LIRE  Bruno Bidjang : « Samuel Eto’o est allé soutenir André Onana, voilà les images que nous voulons »

Bien que ces nouveaux prix ne soient pas effectifs aussitôt, plusieurs transporteurs n’ont pas attendu cette réunion pour augmenter délibérément les prix du transport. Cette augmentation fait suite à la hausse des prix de carburant de près de 30% en 12 mois. Pour compenser cette hausse, certains syndicats avaient demandé une augmentation de 30% sur les prix des transports, d’où l’insatisfaction de Baba Njika, président du Syndicat général des transporteurs camerounais : « On a augmenté de 50 francs CFA. Ceux qui ont pris leur route pour calculer, pour dire : pour un taximan, en t’ajoutant 50 francs, fois 4 passagers, tu as déjà 200 francs. Nous, nous calculons selon les distances et les denrées dans les transports des camions. » L’augmentation des prix des transports a une incidence sur le quotidien des Camerounais. Pour y remédier, le gouvernement a entrepris des discussions avec le patronat pour revaloriser éventuellement le Smic qui est de 45 000 francs CFA, soit environ 68 euros. Les syndicalistes exigent qu’il passe à 100 000 francs CFA, soit environ 152 euros.

Nouvelle hausse du prix des produits pétroliers

Les prix du carburant à la pompe sont réajustés à compter du 3 février dernier de l’ordre de 15% pour les carburants de type super et gasoil, a indiqué dans un communiqué, le secrétaire général des services du Premier ministre, Fouda Seraphin Magloire. Selon le nouveau tarif, le super coûte désormais 840 francs CFA (environ 1,39 dollar) le litre, soit une augmentation de 110 francs CFA (environ 0,18 dollar) tandis que le prix du gasoil est fixé à 828 francs CFA (environ 1,37 dollar) le litre, soit une augmentation de 108 francs CFA (environ 0,18 dollar). Les prix des autres produits, notamment, le gaz domestique et le pétrole lampant resteront inchangés, indique le communiqué.

LIRE  Carnet Noir: l’ancien directeur général de Camtel,David Nkoto Emane est mort

La mesure vise, selon le gouvernement camerounais, “à résorber les contraintes budgétaires croissantes et à éviter les tensions dans l’approvisionnement des produits pétroliers”. D’après le communiqué, le gouvernement camerounais s’engage à revaloriser les revenus des agents publics à hauteur de 5% du salaire de base et à alléger certaines charges fiscales et douanières dans le secteur du transport routier.

Les négociations vont se poursuivre avec toutes les parties prenantes afin de mitiger l’impact du réajustement subventionné des prix des carburants sur le pouvoir d’achat des ménages et l’activité des entreprises, souligne le communiqué. C’est la deuxième augmentation des prix à la pompe au Cameroun après celle du 1er février 2023.

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment