Accueil » Cameroun » Douala : les recettes de l’hôpital Laquintinie passent de 220 à plus de 500 millions en trois ans

Douala : les recettes de l’hôpital Laquintinie passent de 220 à plus de 500 millions en trois ans

by Theophile
l'hôpital Laquintinie de Douala.

L’Hôpital Laquintinie de Douala améliore d’années en année ses performances dans le cadre de la gestion. Pour la troisième année d’affilée, les recettes de l’hôpital Laquintinie de Douala a nettement progressé. Les recettes de l’hôpital sont passées de 200 à plus de 500 millions FCFA.

Le directeur de cette formation sanitaire, le Pr Noël Emmanuel Essomba, assure que cette évolution est le résultat d’une meilleure politique de sécurisation des recettes. Il a profité de la tenue, la semaine dernière, de la quatrième Assemblée générale de cet hôpital pour rappeler qu’à sa nomination en juillet 2020, cette formation sanitaire faisait des recettes de l’ordre de 220 millions de FCFA par mois. Trois ans plus tard, ces recettes sont évaluées à plus de 500 millions de FCFA.

Les performances ainsi réalisées sont répercutées sur le traitement salarial du personnel a ajouté le directeur général. « L’hôpital Laquintinie est l’une des rares formations sanitaires où certains médecins ont le million le mois à cause de leur rendement », a indiqué le professeur Noël Emmanuel Essomba. Aussi, le personnel est 800 personnes en 2020 à près de 1 600 en 2023. Et il se ejouit que les employés soient « payés chaque mois ».

Pour continuer de rentabiliser cet hôpital, le Pr Noël Emmanuel Essomba veut désormais moderniser le système de payement en place. Il annonce pour cela, dans les prochains jours, des innovations censées booster le rendement. À commencer par les payements par mobile money dans le but de décongestionner les caisses.

Le Pr Noël Emmanuel Essomba n’hésite d’ailleurs pas à énumérer cette santé financière parmi les « points forts » qui font le succès de Laquintinie. Cet hôpital est effectivement sous les feux de la rampe depuis quelques années. La preuve, le ministre de la Santé publique (Minsante), Malachie Manaouda, ne rate pas l’occasion d’encenser cette formation sanitaire comme en octobre dernier, quand une équipe du service de cardiologie a réussi la toute première opération de pose d’un pacemaker sur un patient.

LIRE  Cour d’appel du Centre : les détenus du MRC récusent les magistrats militaires membres du collège des juges

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment