Accueil » Sécurité » Cameroun : libération des deux principaux suspects – Jean Pierre Amougou Belinga et Léopold Maxime Eko Eko

Cameroun : libération des deux principaux suspects – Jean Pierre Amougou Belinga et Léopold Maxime Eko Eko

by Theophile
Jean Pierre Amougou Belinga et Léopold Maxime Eko Eko

La libération de Jean Pierre Amougou Belinga, suite à l’ordonnance du juge d’instruction militaire Sikati Kwamo, suscite des réactions contrastées au sein de l’opinion.

Amougou Belinga, homme d’affaires très influent et propriétaire du puissant consortium l’Anecdote, a été remis en liberté ce vendredi 1er décembre 2023 dans l’affaire Martinez Zogo. Certains observateurs sont très déçus de voir Amougou Belinga recouvrer sa liberté. JP Amougou Belinga était inculpé par le tribunal militaire pour “complicité de torture par aide”. Il était accusé d’avoir été impliqué dans des actes de torture, dans l’assassinat du journaliste Martinez Zogo. La décision de remise en liberté concernait également Maxime Eko Eko, patron de la DGRE, accusé dans l’affaire du meurtre du journaliste.

Pour le lieutenant-colonel Sikati, la détention des deux hommes « n’est plus nécessaire à la manifestation de la vérité ». Dans son ordonnance de mise en liberté datée d’aujourd’hui, le juge d’instruction revient sur les auditions des deux principaux prévenus, et de leurs confrontations avec le lieutenant-colonel Justin Danwe, l’homme qui aurait perpétré le meurtre de Martinez Zogo, à leur demande. D’après le document, le commissaire divisionnaire Eko Eko et six autres membres des renseignements ont affirmé qu’il n’y avait jamais eu de réunion à la DGRE en présence du journaliste. Réunion durant laquelle l’animateur radio était censé avoir insulté le chef des renseignements. Réunion qui n’aurait d’ailleurs fait l’objet d’aucun compte-rendu, indique l’instruction.

Ensuite, Justin Danwe était censé avoir fait un récit du meurtre à son patron les 18 et 23 janvier. Or la secrétaire particulière du commissaire Eko Eko affirme que le lieutenant-colonel Danwe n’est pas venu au bureau avant le 24, et seulement pour évoquer des sujets totalement différents. Par ailleurs, la vidéosurveillance du bureau de Danwe montrerait qu’il est resté à son poste toute la journée du 23. Concernant Jean-Pierre Amagou Belinga, Justin Danwe l’aurait disculpé durant son interrogatoire. Selon l’officier, l’homme d’affaires n’a pas la qualité pour lui donner des ordres. Les deux millions de FCFA qu’il a reçus de lui étaient pour ses besoins personnels et non pour éliminer Martinez Zogo. Un soutien financier qui était régulier entre les deux hommes, a-t-il dit au juge.

LIRE  Cameroun-Dieudonné Essomba : « J’avais mis en garde Amougou Belinga, qu’on va fabriquer des complots pour l’éliminer »

La profonde déception de David Eboutou, ancien prisonnier d’Amougou Belinga

Parmi les voix déçues par cette libération, celle de David Eboutou se fait entendre. Activiste des droits humains, Eboutou avait été emprisonné par Amougou Belinga en juin 2016, dans une affaire de faux et usage de faux. Il est resté derrière les barreaux pendant 30 mois avant d’être libéré. Depuis, il n’a cessé de clamer son innocence et a toujours affiché une animosité envers le Zomloa, qu’il considère comme son bourreau.

Dans ce message publié sur les réseaux sociaux, Eboutou a exprimé sa déception face à la libération de son ancien geôlier : “Chers amis, pouvez-vous me dire qui dirige le Cameroun en ce moment ? Je suis sérieux. Je ne reconnais plus ce pays!! Ça fait mal.” Il a ajouté également une note sombre en disant : “Chers amis, si je disparais de la circulation dans les prochains jours, vous savez tous où porter vos regards. C’est lui.” Une déclaration qui vient ainsi montrer la profonde rancœur qu’éprouve David Eboutou envers Amougou Belinga et la crainte pour sa propre sécurité.

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment