Accueil » Sénégal-Canada : la diplomate arrêtée avait une dette de 45 000 dollars canadiens

Sénégal-Canada : la diplomate arrêtée avait une dette de 45 000 dollars canadiens

by Theophile

Plusieurs enquêtes ont été ouvertes pour comprendre ce qui s’est passé le 2 août 2022 au domicile d’une diplomate sénégalaise qui aurait été tabassée par des policiers québécois, selon le Sénégal. Le pays réclame des poursuites contre les auteurs de l’agression. La police québécoise assure de son côté que la diplomate s’en est prise à la police.

Selon un document judiciaire consulté par l’AFP, la diplomate sénégalaise devrait plus de 45 000 dollars canadiens de dommages à son propriétaire pour avoir gravement détérioré son logement. En effet, celle-ci avait été condamnée le 2 juin pour « loyer non payé » et « dommages-intérêts pour dommages au logement », révèle la même source.

« Le mobilier est plein de cafards. Les meubles sont éraflés et égratignés. Il en manque. Tout est sale, « le revêtement du plancher du sous-sol est imbibé et qu’il y a de la moisissure sur les murs du sous-sol« , relate le document. Un nouvel élément qui va relancer la polémique dans ce dossier alors que le Sénégal a dénoncé et condamné fermement l’arrestation brutale de son employé au Canada. Dakar avait exigé qu’une enquête soit ouverte afin de faire lumière sur le dossier.

Samedi, le gouvernement du Québec — province où s’est déroulé l’incident — avait annoncé l’ouverture d’une enquête de la police des polices québécoises après « une intervention policière qui soulève des questions ». La police de Gatineau, banlieue québécoise de la capitale fédérale canadienne Ottawa, avait reconnu vendredi soir l’altercation survenue lorsqu’un huissier de justice « muni d’une ordonnance devant être exécutée » a demandé le concours des forces de l’ordre. 

LIRE  CAN 2017 Gabon: Combien gagnera le vainqueur?

« Les actes de brutalité contre les gens, qu’ils soient des citoyens du Canada, des visiteurs de l’étranger ou des diplomates, dans tous les cas, ces actes sont inacceptables« , a martelé la N.2 du gouvernement canadien, Chrystia Freeland, interrogée à ce sujet en marge d’un déplacement dans la banlieue de Toronto.

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment