Accueil » Santé » Selon l’ONU, le cannabis n’est pas considéré comme une drogue “dangereuse”

Selon l’ONU, le cannabis n’est pas considéré comme une drogue “dangereuse”

by Theophile
cannabis
cannabis
Cannabis

L’organe de l’ONU (La Commission des stupéfiants des Nations Unies (CND)) chargé de décider quelles substances sont considérées comme des drogues, a donner son avis sur le cannabis.

Le cannabis est-il dangereux pour la santé ?
La Commission des stupéfiants des Nations Unies (CND) a adopté mercredi 02 Decembre 2020 un certain nombre de décisions qui ont entraîné des changements dans la manière dont le cannabis est réglementé au niveau international, y compris son reclassement hors de la catégorie des drogues les plus dangereuses.

Jusqu’ici, selon son classement dans l’annexe IV de la Convention unique sur les stupéfiants de 1961, le cannabis était classé dans la catégorie la plus restrictives et donc considéré comme une substance qui favorise fortement l’abus avec un très faible, si ce n’est aucun, intérêt médical.

La décision a été prise lors de la 63e session de la CND, sur base d’une recommandation de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), à l’issue d’un vote très serré entre 53 pays. 27 pays ont voté pour cette nouveau modification, dont la France, 25 étaient contre et un pays ne s’est pas prononcé. La décision pourrait également conduire à des recherches scientifiques supplémentaires sur les propriétés médicinales de la plante et agir comme un catalyseur pour que les pays légalisent la drogue à usage médical et reconsidèrent les lois sur son usage récréatif.

Votant contre, le Chili a notamment fait valoir qu’ « il existe une relation directe entre l’utilisation du cannabis et l’augmentation des risques de souffrir de dépression, de déficit cognitif, d’anxiété, de symptômes psychotiques, entre autres », tandis que le Japon a déclaré que l’utilisation non médicale de la plante « pourrait avoir des effets négatifs sur la santé et la société, en particulier chez les jeunes ».

LIRE  Le secteur de l’éducation cumule 61,3 % de la dette salariale du pays

Rappelons qu’une expérimentation sur 3000 patients doit débuter au plus tard en mars 2021 en France, afin d’évaluer “la pertinence et la faisabilité de la mise à disposition du cannabis à usage médical”, d’après les termes de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). Cité par Le Monde, Yann Bisiou, maître de conférences à l’université Montpellier-III et spécialiste du droit de la drogue, estime que cette décision de l’ONU “pourrait nous faire passer d’une phase d’expérimentation à celle d’une généralisation du cannabis thérapeutique plus vite que prévu”.

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment