Accueil » Economie » Sécurité et tourisme : le Cameroun plaide pour que l’Union européenne retire l’Extrême-Nord de sa liste rouge

Sécurité et tourisme : le Cameroun plaide pour que l’Union européenne retire l’Extrême-Nord de sa liste rouge

by Theophile
parc de Waza

C’est dans le cadre des échanges entre le Cameroun et l’Union Européenne, actuellement en cours, que Yaoundé a exprimé sa position en faveur d’un retrait de la région de l’Extrême-Nord de la liste rouge de l’Union européenne.

Les gouverneurs des régions du Nord, Jean Edi’i Abate, et de l’Extrême-Nord du Cameroun, Midjiyawa Bakari, viennent d’effectuer une visite de travail à Bruxelles auprès du Service européen pour l’action extérieure, sorte de bras armé de la diplomatie de l’Union européenne (UE). Au-delà de la question cruciale de la restauration du lac Tchad, dont l’assèchement a pour conséquence de plomber les activités agropastorales et de pêche, qui permettent aux populations de la partie septentrionale du pays de vivre, le gouverneur de l’Extrême-Nord a plaidé pour le sauvetage de l’activité touristique dans sa région de commandement.

« Le tourisme nous rapporte énormément de devises. La région (de l’Extrême-Nord) vit essentiellement du tourisme. Nos populations sont des artisans et vivent essentiellement du produit de cet artisanat. Donc nous leur avons dit de nous aider à enlever cette mention qui est négative et qui fait que les touristes n’arrivent pas », fait savoir le gouverneur de l’Extrême-Nord, Midjiyawa Bakari, qui participe à ces assises.

Le placement de la région de l’Extrême-Nord dans la liste rouge de l’UE est consécutive aux attaques récurrentes de Boko Haram venus du Nigeria voisin.

En 2013, l’enlèvement de la famille Moulin Fournier, de retour du parc national de Waza, par les islamistes de la secte Boko Haram, avait conduit l’Union européenne a placé la région de l’Extrême-Nord du Cameroun sur la liste rouge des lieux à ne pas fréquenter par les touristes. Ce qui avait sonné le glas de l’activité touristique dans cette région camerounaise, principalement animée par les touristes européens.

LIRE  La revue de presse camerounaise du mercredi 10 mai 2023

Aujourd’hui, l’autorité administrative estime que la sécurité est revenue dans la région. « Aujourd’hui vous pouvez partir de Garoua à Kousseri en aller-retour sans escorte. Les touristes arrivent de l’Europe de l’Est, de l’Europe centrale… toutes repartent tranquillement », a affirmé le gouverneur avant d’accuser : « donc cette zone rouge là est voulue et entretenue ».  

À la faveur de cette accalmie, fait remarquer le patron de la région de l’Extrême-Nord, certains touristes européens ont recommencé à revenir, mais en nombre très réduit. Du coup, malgré les actions de promotion des autorités publiques, les sites touristiques de l’Extrême-Nord, parmi lesquels le célèbre parc de Waza et sa faune très diversifiée, ou encore les montagnes du Rhumsiki, continuent désespérément d’attendre le flux de visiteurs d’antan.

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment