Accueil » Scandale autour de Survie Cameroun: Penda Ekoka et son équipe passent à l’offensive et livrent leur version

Scandale autour de Survie Cameroun: Penda Ekoka et son équipe passent à l’offensive et livrent leur version

by Theophile
Christian Penda Ekoka

La polémique autour de l’initiative lancée par Maurice Kamto et son allié prend encore une autre tournure.

Dans un document que Christian Penda Ekoka (CPE) et son équipe s’apprêtent à mettre à la disposition de la presse, l’on apprend comment l’initiative a été gérée. Il s’agit d’un document de 49 pages. « SCSI… chronologie des faits », c’est le titre du document en question, il relate les pans de gestion de l’initiative, que les échanges entre l’initiateur, et le président du comité de gestion.

Cette opération de collecte de fonds pour la lutte contre le COVID-19, avait été lancée en avril 2020 par l’opposant Maurice Kamto. Mais au bout, un écart de 300 000 euros (215,6 millions de FCFA) a été constaté entre les sommes annoncées et les montants collectés.

Non convaincu par l’explication du bug informatique, avancée par un consortium d’auditeurs désigné par M. Kamto, M. Penda Ekoka n’a pas manqué d’exprimer publiquement son scepticisme.

Christian Penda Ekoka bât complètement en brèche la thèse du consortium évoquée par Maurice Kamto dans la présentation de son bilan. Ledit document fait une analyse des statuts des entreprises ayant conduit à l’audit, et « indique que Maurice Kamto a manipulé les consciences. Selon l’équipe de CPE dans ce document, les cabinets choisis par son ex allier, sont Inconnus Des Répertoires Des Métiers, n’ont d’existence réelle que leurs pages sur un site internet et n’ont aucune compétence pour auditer  un site WordPress-GiveWP, relève Romaric Tenda qui a lu le document.

Le même document s’attaque au Mrc Europe et affirme qu’il a été construit autour d’une culture d’opacité sans précédent. « Entre sauver l’alliance et sauver le parti politique un choix simple : Dans une conversation entre l’initiateur et le président du comité de gestion en toute confiance (on était encore dans ce registre-là) pour expliquer et comprendre la note de synthèse, que contrairement à une affirmation postérieure, l’initiateur n’a pas découvert dans les réseaux sociaux, celui-ci fera la réflexion suivante : « … Si on écrit cela ! nous sommes morts … » , lit-on dans le document.

LIRE  Affaire Malicka: Le journaliste Martin Camus Mimb écroué à la prison de New-Bell

Ci-dessous, l’intégralité du rapport:

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment