Accueil » Roger Justin Noah : « l’unique moyen pour lutter contre la vie chère, c’est la revalorisation des salaires »

Roger Justin Noah : « l’unique moyen pour lutter contre la vie chère, c’est la revalorisation des salaires »

by Theophile
Roger Justin Noah

Le cadre du MRC souhaite que le gouvernement prenne des mesures concrètes pour lutter contre la vie chère.

Le gouvernement ivoirien a pris des mesures pour améliorer le pouvoir d’achat des fonctionnaires et agents de l’état pour un coût annuel de 227 milliards. Ces mesures seront appliquées dès ce mois d’août. Autre chose, le gouvernement discutera avec le secteur privé pour l’augmentation du SMIG.

Roger Justin Noah, le secrétaire général adjoint du MRC, regrette que des telles décisions ne soient pas aussi prises au Cameroun améliorer les conditions de vie. « Au Cameroun, l’on discute depuis quelque temps dans un langage de sourds. Ces mesures s’étendent aux retraités des secteurs public et privé. Chez nous, les retraités on s’en fout; ils n’ont qu’à devenir fous. Toutes ces mesures visent à permettre aux fonctionnaires et agents de l’état à braver la vie chère. », commente-t-il.

Pour l’homme politique, l’unique moyen efficace immédiatement pour lutter contre la vie chère au Cameroun, c’est de mesures de revalorisation des salaires. Soit par l’augmentation du salaire de base soit en augmentant les accessoires (allocations, logements…).

Famine
« Le gouvernement ivoirien a commencé par les allocations et les primes de logement sans exclure une augmentation du salaire de base plus tard. Que fait-on chez nous. On nous demande aux ministres de bien voler pour ne rembourser qu’une infime partie le moment venu et le tour est joué. Mourrez même. Tant qu’ils vivent avec des coffres forts bien garnis en devises chez eux, le Cameroun vit. », dénonce Roger Justin Noah.

LIRE  Cameroun-Fièvre jaune : L’OMS veut évaluer le taux de couverture vaccinale

Et d’ajouter : « Restez là à pleurnicher pendant qu’ils se servent. Bientôt la peau sera sur les os. Même l’Ethiopie nous dépasse. Ils mangent du riz local, du blé local à suffisance pendant que nous dépendons entièrement des importations. Même mettre en œuvre l’import-substitution les dépasse. De slogans en slogans donc la “sloganocratie”. »

ActuCameroun

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment