Accueil » Sécurité » Mali : des opposants déployés dans différentes prisons

Mali : des opposants déployés dans différentes prisons

by Theophile
la prison de Keniéroba

Un membre de la famille d’un des détenus a déclaré mercredi qu’ils avaient été divisés en deux groupes, l’un envoyé à la prison de Koulikoro, à 60 kilomètres de Bamako, et l’autre à une nouvelle prison située à 70 km de Bamako.

Cela fait neuf jours qu’ils ont été arrêtés le 20 juin, avant d’être inculpés et placés sous mandat de dépôt, le 24 juin. Les dix dirigeants politiques, membres de la Déclaration du 31 mars, qui rassemble la quasi-totalité des partis politiques maliens mobilisés pour le retour à l’ordre constitutionnel, ne sont plus à la maison d’arrêt de Bamako. Ils ont été transférés ces derniers jours dans des prisons à l’intérieur du pays. Arrêtés lors d’une réunion politique, ils sont accusés notamment d’« opposition à l’exercice de l’autorité légitime ».

Ils sont trois dans la prison de Keniéroba, à une soixantaine de kilomètres au sud de Bamako. Trois autres à Koulikoro, une soixantaine de kilomètres au nord de la capitale. Les quatre derniers ont été transférés à la maison d’arrêt de Dioïla, 160 km à l’est de Bamako. Anciens ministres, hauts dirigeants de partis politiques maliens (RPM, Adema, Asma, PDES, Nema, Union, Vinda, Alternative pour le Mali), ils resteront détenus et séparés donc, jusqu’à la fin de la procédure qui les vise.

En avril dernier, les autorités maliennes de transition ont suspendu les activités politiques des partis et des associations dans tout le pays, sans fixer de durée à cette suspension, invoquant l’« ordre public ». La défense estime que cette interdiction est contraire à la Constitution malienne, et conteste la légalité des conditions d’arrestation des dix opposants – sans mandat, lors d’une réunion dans un domicile privé. Actuellement, les personnalités politiques opposées aux autorités de transition pèsent chacune de leur parole ou se murent dans le silence, par peur de la répression. D’autres, qui ont eu le tort de se montrer trop critiques, croupissent en prison – c’est également le cas de représentants de la société civile.

LIRE  L'avocat Tamfu Richard rejoint le PCRN de Cabral Libii

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment