Accueil » Sécurité » L’ONG Norwegian Refugee Council classe les crises sécuritaires en cours au Cameroun parmi les plus négligées

L’ONG Norwegian Refugee Council classe les crises sécuritaires en cours au Cameroun parmi les plus négligées

by Theophile
Crise Anglophone : les femmes prises en otage

Dans son rapport annuel publié récemment, l’ONG Norwegian Refugee Council (NRC) a classé les crises sécuritaires en cours au Cameroun parmi les plus négligées du monde.

Comme chaque année, l’ONG Norwegian Refugee Council (NRC) vient de publier une liste de dix pays où perdurent les crises les plus négligées au monde en 2023. Le Cameroun se retrouve en bonne place dans cette liste. « Les trois crises en cours au Cameroun ne sont toujours pas prises en compte et la situation menace de stagner », peut-on lire dans le rapport produit et rendu public le 3 juin par le NRC.

Négligées parce qu’on sait qu’elles existent, mais qu’on choisit de ne pas s’en occuper, parce que les médias en parlent peu ou pas du tout, et parce que la réponse politique et le financement sont loin d’être à la hauteur des besoins. Le rapport du NRC, publié le lundi 3 juin, analyse 39 crises de déplacement en se basant sur trois critères principaux : le manque de financement, le manque d’attention médiatique et le manque d’initiatives politiques et diplomatiques internationales.

En plus des besoins limités, l’autre critère qui caractérise les crises négligées est la faible exposition médiatique. NRC fait savoir que la couverture médiatique des crises qui affectent le Cameroun est « négligeable ». Tout le niveau d’intérêt que la communauté internationale porte à ces crises. Plus grave encore, le rapport du NRC ne prévoit pas une inversion de la situation dans les prochains mois.

Le Cameroun se retrouve ainsi parmi les pays les plus négligés en raison de la violence continue dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, ainsi que de la guerre contre Boko Haram dans la région de l’Extrême-Nord.  Sans oublier la région de l’Est qui accueille un grand nombre de réfugiés, pour la plupart des Centrafricains. Selon l’ONG, seulement 32 % des besoins exprimés pour la prise en charge des populations déplacées ont été pris en charge au Cameroun. « Au total, 4,7 millions de personnes avaient besoin d’aide en 2023, alors que les fonds restaient limités », mentionne le rapport.

LIRE  Cameroun-Tournoi de l’Uniffac : 21 des 30 Lionceaux camerounais chassés de la tanière pour avoir menti sur leur âge

Quoi qu’il en soit, le NRC, qui a débuté ses activités au Cameroun en avril 2017, assure qu’elle est au chevet du Cameroun pour apporter une réponse humanitaire aux trois crises citées plus haut.

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment