Accueil » Afrique » L’ex-première dame du Cameroun Germaine Ahidjo est morte à l’âge de 89 ans

L’ex-première dame du Cameroun Germaine Ahidjo est morte à l’âge de 89 ans

by Theophile
Germaine Habiba, épouse Ahidjo

Germaine Habiba, épouse Ahidjo, a rendu l’âme dans la nuit du lundi 19 avril à ce mardi 20 avril 2021 des suites de maladie dans sa résidence à Dakar au Sénégal à l’âge de 89 ans.

Le tout premier président du Cameroun, Ahmadou Ahidjo, est mort en exil au Sénégal le 30 avril 1989 sans jamais voir réalisé son rêve, celui du rapatriement de la dépouille de son mari au Cameroun.

Germaine Habiba Ahidjo est née à Mokolo en 1932 de Hawa épouse de Yaya Boubawa, un infirmier de l’hôpital de Mokolo qui devint son père adoptif.

En 1942, elle obtient son certificat d’études à Yaoundé. Elle intègre par la suite le collège des jeunes filles de Douala aujourd’hui lycée de New-Bell.

En 1947, par le biais de Louis Paul Aujoulat, l’assemblée territoriale lui octroie une bourse d’études pour la France où elle décroche un diplôme d’infirmière hospitalière d’État en 1952 et se spécialise en maladies tropicales à l’Institut Pasteur en 1953. Elle épouse un Libanais du nom de Touffic, avec qui elle a un garçon, Daniel Boubakari, qui s’établit à Bafoussam. Elle divorce avant de revenir au Cameroun.

Elle connaît depuis 1955 Ahmadou Ahidjo. Les deux jeunes gens ont une passion pour la lecture ; au départ ils échangent des romans. Ils se marient le 17 août 1957 ; c’est sa seconde épouse. Elle est alors infirmière spécialiste en maladies tropicales. Elle a avec lui trois filles : Babette, Aissatou et Aminatou. Elle a aussi un fils, Daniel Toufick, né avant son mariage avec le président Ahidjo. 

Mohamadou Badjika Ahidjo, aujourd’hui député et ambassadeur itinérant, est le fils d’Ahidjo avec sa première épouse, Ada Garoua. Après la démission de son mari en 1982 puis sa condamnation à mort par contumace à la suite de son implication supposée dans le coup d’État manqué de 1984, elle ne peut retourner au pays avec lui et s’installe à Dakar (Sénégal). Son mari est mort le 30 novembre 1989 ; elle milite depuis pour sa réhabilitation officielle et notamment, le rapatriement de ses cendres au Cameroun.Toutefois on retiendra que, réservée et intelligente qu’elle était, elle a mis son éducation, ses conseils et sa finesse au service de l’homme politique qu’était son mari.

LIRE  Sollicité par la Fédération algérienne de football pour un match amical, le Sénégal a décliné l’offre

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment