Accueil » Culture » Le célèbre auteur de « trois prétendants un mari », Guillaume Oyono Mbia est mort

Le célèbre auteur de « trois prétendants un mari », Guillaume Oyono Mbia est mort

by Theophile
Guillaume Oyono Mbia

L’écrivain camerounais, Guillaume Oyono Mbia est décédé dans la soirée du 10 avril 2021 dans une clinique au quartier Ekounou à Yaoundé à l’âge de 82 ans.

Ce dernier est surtout connu pour son livre : « trois prétendants un mari ». Enseignant à l’université de Yaoundé, Guillaume est né en 1939 à Mvoutessi, près de Sangmélima dans la région du Sud Cameroun. Ayant fait une partie de ses études supérieures en Grande-Bretagne, il a enseigné à l’Université de Yaoundé.

Guillaume Oyono-Mbia, dramaturge et nouvelliste africain, l’un des rares écrivains bilingues camerounais à réussir tant en français qu’en anglais. Oyono-Mbia a fréquenté le Collège Évangélique de Limbamba puis est allé en Angleterre, diplômé de l’Université de Keele en 1968.

Avec des compétences souvent comparées à celles de Molière, Oyono-Mbia a exercé une capacité inhabituelle à créer des comédies qui jouent bien à la fois sur scène et à la radio. Parmi eux, trois prétendants. . . un mari (1962), Jusqu’à nouvel ordre (1967), Notre fille ne se mariera pas! (1969) Et Son Excellence’s Train (1969), tous écrits sur son thème préféré de la jeunesse contre l’adulte, de la modernité contre la tradition.

Dans les années 1970, son penchant pour la satire était également évident dans trois volumes de récits amusants sur la vie de son village natal, Chroniques de Mvoutessi (1971–72). A partir de 1969, Oyono-Mbia est professeur de lettres à l’Université de Yaoundé au Cameroun. Entre 1972 et 1975, il a été directeur administratif du Bureau des affaires culturelles du ministère de l’Information et de la Culture.

Quelques Distinctions Guillaume Oyono Mbia

En 1967 il obtient le Prix du concours théâtral africain

LIRE  Cour d’appel du Centre : les détenus du MRC récusent les magistrats militaires membres du collège des juges

En 1969 il est lauréat du concours théâtral interafricain pour son œuvre Notre fille ne se mariera pas

En 1970 il remporte le Prix El Hadji Ahmadou Ahidjo pour son titre Trois prétendants… un mari

Il a été honoré du Grand Prix des mécènes à l’édition 2014 des Grands Prix des associations littéraires.

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment