Accueil » Cameroun » Le Cameroun lance son projet de délivrance des cartes nationales d’identité en 48 heures

Le Cameroun lance son projet de délivrance des cartes nationales d’identité en 48 heures

by Theophile
cartes nationales d’identité

Le Délégué Général à la Sûreté Nationale, Martin Mbarga Nguele, a procédé le mercredi 19 juin à la pose de la première pierre du centre national de production améliorée des titres identitaires de Yaoundé au quartier Etoudi.

Le 19 juin, le délégué général à la Sûreté nationale (DGSN), Martin Mbarga Nguele, a inauguré le Centre national de production des titres identitaires à Yaoundé, marquant ainsi une étape clé dans le projet de modernisation de l’État. ‘identification au Cameroun. Cette initiative vise à réduire drastiquement le temps de délivrance des cartes nationales d’identité (CNI) à seulement 48 heures. Dans certaines situations particulières, il pourrait même être possible d’obtenir une CNI en moins d’une ou deux heures, selon les déclarations de Martin Mbarga Nguele.

Carte d’Identité en 48h : Mbarga Nguele ouvre le chantier à Yaoundé
Carte d’Identité en 48h : Mbarga Nguele ouvre le chantier à Yaoundé

La mise en place du centre national de production à Yaoundé est une étape importante dans l’élaboration de ce nouveau système. Augentic GmbH, entreprise allemande spécialisée dans la technologie de l’information et de l’identité, travailles-en étroite collaboration avec le gouvernement camerounais pour mettre en œuvre ce projet. Ce partenariat vise à améliorer considérablement la procédure de délivrance des titres identitaires, notamment la CNI qui connaît actuellement des délais très longs, allant jusqu’à plusieurs mois ou même années.

Le projet, en partenariat avec le consortium germano-portugais INCM-Augentic, comprend la construction du centre principal à Yaoundé, ainsi que de deux centres annexes à Douala et Garoua. Chaque centre sera équipé de 25 postes d’enrôlement. En outre, des centres d’identification seront établis dans les 58 départements du pays, disposant chacun de 15 à 20 postes d’enrôlement. « Cet investissement inclut également la rénovation des postes d’identification existants dans les commissariats de sécurité publique et l’aménagement de nouveaux postes dans les mairies », a précisé Martin Mbarga Nguele. Il a aussi exhorté les maires à fournir des locaux pour ces nouveaux postes.

LIRE  Accusée de malversation dans un marché d’entretien routier à Limbe, Célestine Ketcha Courtès se défend

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment