Accueil » Culture » L’actrice italienne Gina Lollobrigida est morte à 95 ans

L’actrice italienne Gina Lollobrigida est morte à 95 ans

by Theophile
L’actrice italienne Gina Lollobrigida

Le ministre italien de la Culture a annoncé lundi la mort de Gina Lollobrigida. L’actrice creva l’écran après-Guerre à Hollywood et dans le monde entier s’est éteinte à l’âge de 95 ans. Une légende du cinéma italien s’est éteinte.

Gina Lollobrigida, l’actrice de cinéma italienne qui est devenue l’un des premiers grands sex-symbols européens de l’après-Seconde Guerre mondiale, est décédée. Elle avait 95 ans.

Mme Lollobrigida était déjà apparue dans plus de deux douzaines de films européens lorsqu’elle a réalisé son premier film en anglais : le drame du camp de John Huston en 1953, « Beat the Devil », dans lequel elle jouait la femme et complice de Humphrey Bogart. Ce film et l’attention qu’elle a suscitée dans « Fanfan la Tulipe », une comédie d’époque italo-française sortie aux États-Unis la même année, ont suffi à la mettre sur la couverture du magazine Time en 1954.

Elle est devenue une star du cinéma américain sans réserve, dégageant une saine luxure dans une poignée de films de grande envergure. Elle a joué dans « Trapeze » (1956) avec Burt Lancaster et Tony Curtis ; « Le Bossu de Notre-Dame » (1956), dans le rôle d’Esmeralda, la beauté gitane bien-aimée de Quasimodo (Anthony Quinn a joué Quasimodo) ; « Salomon et Saba » (1959), une épopée biblique avec Yul Brynner ; « Come September » (1961), une comédie romantique avec Rock Hudson ; et « Buona Sera, Mrs. Campbell » (1968), une comédie sur une mère célibataire.

Tout au long de sa carrière, cependant, elle a continué à faire beaucoup plus de films européens qu’américains. Elle a joué avec les plus grands hommes du continent, dont Jean-Paul Belmondo, Marcello Mastroianni, Jean-Louis Trintignant et Yves Montand.

LIRE  Personnel de santé : l’OMS classe le Cameroun parmi les pays les moins avancés d’Afrique

Le titre d’un film, « La Donna Più Bella del Mondo » (1955), lui a donné son surnom hollywoodien : la plus belle femme du monde (ce qui donne à Elizabeth Taylor une certaine concurrence). Ce film, sorti aux États-Unis sous le nom de « Beautiful but Dangerous », lui a également valu son premier grand prix d’actrice : le David di Donatello, l’équivalent italien de l’Oscar. Elle a remporté le Donatello deux fois de plus, pour « Venere Imperial » (1962), à égalité avec Silvana Mangano, et pour « Buona Sera, Mrs Campbell », à égalité avec Monica Vitti.

Mme Lollobrigida a toujours été considérée plus comme un sex-symbol qu’une actrice sérieuse – du moins par la presse américaine – mais elle a également été nominée pour un prix BAFTA en tant que meilleure actrice étrangère dans « Pane, Amore e Fantasia » (1953).

Après deux décennies devant la caméra, elle se lance dans une deuxième carrière aux multiples facettes en tant qu’artiste et cinéaste. Elle a publié son premier livre de photographies, « Italia Mia », en 1973. « Croyez-le ou non, elle prend de bonnes photos et ne fait pas que vendre son nom », a écrit Gene Thornton du New York Times.

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment