Accueil » Douala: 300 familles dans la rue à New Town Aéroport

Douala: 300 familles dans la rue à New Town Aéroport

by Theophile
deguerpissement

Ces 300 familles ont été déguerpies de leurs habitations le samedi 26 juin 2021

Depuis la journée du 26 juin 2021, il y a un peu près de 300 familles qui se retrouvent sans domicile. Celles-ci avaient établi leurs maisons au quartier New Town Aéroport à Douala, sur les emprises du domaine aéroportuaire. Les engins de démolition ont investi les lieux très tôt dans cette zone de la capitale économique située à quelques encablures seulement de l’aéroport international de Douala. Les bulldozers arrivés peu avant 6h ont tout détruit sur leur passage.

Ce domaine appartient à l’Etat du Cameroun et c’est d’ailleurs le principal argument qui a été avancé aux populations qui se sont progressivement installées sur ce site insalubre et en proie aux inondations depuis des dizaines d’années.

« C’est le domaine aéroportuaire, personne n’a un titre foncier ici. C’est un domaine de l’Etat. Les populations avaient été sommés de libérer les lieux. C’est une zone marécageuse dont un avion en détresse peut s’y poser », a indiqué à camerounactuonline.com Anadolu, lundi, le 1er adjoint du préfet du Wouri, Hector Eto’o Fame.

Sous les décombres, certaines personnes continuent à rechercher leurs biens écrasés samedi par les bulldozers. « Les populations du quartier Newton aéroport à Douala sont en entrain de vivre le plus sombre moment de leur existence. Installées à cet endroit depuis plus de 30 ans, nous avons reçu une sommation de quitter les lieux en milieu de semaine. En deux jours, on ne pouvait pas enlever tout ce qu’on avait pu construire pendant de longues années. Et même si c’était possible, on ne sait pas où aller. J’ai amené ma famille chez un cousin. Il y a des familles qui dorment en plein air ici », a relevé à camerounactuonline.com, Njifendjou Issa.

LIRE  Northwest Region: The Divisional Officer of Mezam bans all public meetings organized by Northwest Lawyers Association

Dans leur déploiement, les hommes en tenue ont dû user de gaz lacrymogène pour disperser la foule et la tenir à bonne distance du champ des opérations. « Les forces de maintien de l’Ordre ont commencé à nous lancer des gaz lacrymogènes. Ils nous empêchaient de faire sortir des choses de la maisons », s’est plaint Abdouraman Yaouba, un des sinistrés. D’après les riverains, ces déguerpissements interviennent à la suite d’une mise en demeure servie par le premier adjoint préfectoral du département du Wouri.

Selon le document qui s’adressait aux populations de New Town Aéroport, cette mise en demeure rentre dans le cadre des travaux d’assainissement des espaces aéroportuaires du Cameroun tel que défini par l’Organisation de l’aviation civile internationale (Oaci), et en application des instructions du ministre de l’Administration territoriale objet du message fax n°000960 MFX/MINAT/SG/DPC/BSC du 03 novembre 2020.

Pour Cabral Libii, député du Parti Camerounais pour la Réconciliation Nationale qui s’est rendu sur les lieux samedi, les autorités doivent penser à indemniser les personnes déguerpies qu’elles aient eu des titres fonciers ou pas. L’élu de la nation a promis de saisir ce lundi 28 juin 2021, le président de la République, le premier ministre et le ministre de l’Administration territoriale.

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment