Accueil » Crise diplomatique: La France rappelle ses ambassadeurs aux États-Unis et en Australie

Crise diplomatique: La France rappelle ses ambassadeurs aux États-Unis et en Australie

by Theophile
Jean-Yves Le Drian

Pour la première fois de son histoire, la France a rappelé vendredi ses ambassadeurs aux États-Unis et en Australie, aggravant la crise diplomatique déclenchée le 15 septembre par l’annonce du pacte militaire Aukus.

Retour au bercail, et sans traîner, s’il vous plaît. C’est en somme ce qu’a demandé la France à ses ambassadeurs en poste en Australie et aux États-Unis, après le torpillage par ces deux pays d’un méga-contrat que la France avait passé avec Canberra sur une vente de sous-marins. “À la demande du président de la République, j’ai décidé du rappel immédiat à Paris pour consultations de nos deux ambassadeurs aux États-Unis et en Australie”, a ainsi écrit Jean-Yves Le Drian, chef de la diplomatie française, dans un communiqué, vendredi 17 septembre. Ce rappel constitue une décision historique, sans précédent vis-à-vis des alliés américains et australiens.

“Cette décision exceptionnelle est justifiée par la gravité exceptionnelle des annonces effectuées le 15 septembre par l’Australie et les Etats-Unis”, a-t-il ajouté. “Nous avons été en contact étroit avec nos partenaires français à propos de leur décision de rappeler l’ambassadeur à Paris pour consultations. Nous regrettons qu’ils aient franchi ce pas, toutefois nous resteront engagés dans les jours à venir pour résoudre nos différends, comme nous l’avons fait à l’autre moments de notre longue alliance”, a réagi sous couvert d’anonymat un responsable de la Maison-Blanche.

Les Etats-Unis, l’Australie et le Royaume-Uni ont annoncé mercredi un partenariat stratégique pour contrer la Chine, AUKUS, incluant la fourniture de sous-marins américains à propulsion nucléaire à Canberra, qui a sorti de fait les Français du jeu. L’abandon du projet de sous-marins français et l’annonce d’un nouveau partenariat “constituent des comportements inacceptables entre alliés et partenaires, dont les conséquences touchent à la conception même que nous nous faisons de nos alliances, de nos partenariats et de l’importance de l’Indopacifique pour l’Europe”, a martelé Jean-Yves Le Drian.

LIRE  Elimbi Lobe: "the Pcrn is a puppet party which took the seats of the Upc in Nyong Ekelle with the help of the CPDM"

Un contrat de 56 milliards d’euros

La France avait signé en 2016 un contrat de 90 milliards de dollars australiens (56 milliards d’euros) pour la fourniture de 12 sous-marins à propulsion diesel à l’Australie, souvent qualifié de “contrat de siècle” en raison de son ampleur et de sa portée stratégique. Depuis l’annonce du partenariat, Paris ne décolère pas, jugeant avoir été trahi par l’Australie comme par les Etats-Unis qui ont fait de la rivalité contre la Chine leur priorité numéro un et demandent à leurs alliés un plus grand engagement à leur côté en Indo-Pacifique, une zone cruciale pour l’économie mondiale.

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment