Accueil » Economie » Cameroun – Sanctions: Le Ministre du Commerce ordonne le retrait sur le marché des produits SANO

Cameroun – Sanctions: Le Ministre du Commerce ordonne le retrait sur le marché des produits SANO

by Theophile
Luc Magloire Mbarga Atangana, le MINCOMMERCE

La sortie effectuée par Luc Magloire Mbarga Atangana, le Ministre du commerce vise à la préservation de la santé des consommateurs.

Le gouvernement vient de prendre de nouvelles mesures contre l’entreprise SANO qui a pour activité l’exploitation et le  conditionnement des bouteilles et des bonbonnes d’eau  destinées à la consommation du public. Le ministre du Commerce dont la réaction était attendue par les associations de défense des droits des consommateurs, a emboîté le pas à son collègue des Mines, de l’Industrie et du Développement Technologique le 5 mars 2021.

A la suite de la suspension le 4 mars et pour six mois de SANO pour cause de «non-respect des normes d’exploitation et de conditionnement des bouteilles et des bonbonnes d’eau destinées à la consommation du public, en application des dispositions des arrêtés 95, 213 et suivants de la loi no 2016/017 du 14 décembre 2016 portant Code minier»Luc Magloire Mbarga Atangana a ordonné à la chef de la Brigade Nationale des Contrôles et de la Répression des Fraudes, logée au sein de son département ministériel, de retirer les produits suspects des étals. «(…) Je vous demande d’organiser, toutes affaires cessantes, le déploiement de vos équipes sur le terrain  en vue de procéder au retrait immédiat des produits incriminés du marché», lit-on dans la correspondance ministérielle.

Luc Magloire Mbarga Atangana, le MINCOMMERCE
Luc Magloire Mbarga Atangana, le MINCOMMERCE

De son côté, Sano SA déclare n’avoir jamais été formellement notifiée par les pouvoirs publics, non sans regretter apprendre une telle décision à travers les réseaux sociaux.

« La société Sano SA apprend avec stupéfaction par les réseaux sociaux l’existence d’un arrêté ministériel qui portait suspension des activités d’exploitation et de conditionnement de l’eau SANO. Par la présente mise au point, la société SANO tient à préciser qu’elle n’a pas n’a pas encore été notifiée de cette décision », s’est plainte l’entreprise incriminée, rassurant dans la foulée ses consommateurs de la qualité « irréprochable » de ses produits.

LIRE  Le français Jean-Pierre Champeaux, nouveau Directeur général deSosucam

Le ministre en charge de l’Industrie, Gabriel Dodo Ndoké, a signé, le 4 mars 2021, un arrêté portant suspension des activités d’exploitation et de conditionnement de l’eau de marque « Sano ».

Le membre du gouvernement conditionne la reprise des activités de cette entreprise par : la réalisation d’un plan du site faisant ressortir clairement le périmètre de sécurité des points de captage. Mais aussi, la présentation d’un rapport de décontamination totale du site, réalisée par une structure agréée par le ministre en charge de la Santé publique.

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment