Accueil » Politique » Cameroun – Maurice Kamto : « Si je suis Président, rien n’arrivera à Paul Biya. Je suis le seul dirigeant politique à avoir pris cet engagement »

Cameroun – Maurice Kamto : « Si je suis Président, rien n’arrivera à Paul Biya. Je suis le seul dirigeant politique à avoir pris cet engagement »

by Theophile
Maurice Kamto en noir A la Tribune

Le président du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) et leader de l’opposition camerounaise Maurice Kamto a animé ce samedi 6 mai au stade Camp Sic de Medong à Yaoundé, un gigantesque meeting historique pour ses partisans et sympathisants.

Pour la première fois depuis l’élection présidentielle de 2018, le parti était autorisé par les autorités à tenir un tel rassemblement en pleine capitale. Maurice Kamto en a profité pour faire une sévère critique du pouvoir en place et mobiliser sa base militante pour les élections à venir.

Au stade du Camp Sic au quartier Mendong dans l’arrondissement de Yaoundé 6, des milliers de militants et sympathisants du MRC ont pendant plusieurs heures, chanté, dansé et applaudi. Ils ont davantage ovationné le discours de leur leader, le Professeur Maurice Kamto. Ce dernier a pendant plus de 50 minutes tenu la foule en haleine.

Après avoir dénoncé la mal gouvernance du pays, la vie de plus en plus chère et l’insécurité de plus en plus présente presque partout au Cameroun, Maurice Kamto a invité ses compatriotes à militer pour le changement du régime qui est au pourvoir depuis 41 ans.

«Nous naviguons dans une mer agitée. Les temps sont incertains. Tout peut arriver à tout moment, c’est pourquoi nous devons être prêts dès à présent, quels que soient les adversaires que notre parti aura à affronter. Les échéances qui s’annoncent, et qui pourraient intervenir cette année même, en 2024 ou aux dates officielles de 2025 marqueront un tournant décisif pour notre pays. Nous ne pouvons pas nous permettre de les rater. C’est fort de votre patriotisme, votre abnégation pour la cause pour laquelle nous nous sommes tous sacrifiés depuis plus de dix ans que j’ai confiance que cette fois-ci nous accomplirons avec tous nos compatriotes mobilisés autour de notre doctrine du CHANGEMENT DANS LA PAIX ET PAR LES URNES, l’alternance que notre peuple espère depuis l’indépendance.»

LIRE  Guinée: les trois militants du FNDC sont libres

’on a vu ailleurs, certains dirigeants tenter de s’accrocher au pouvoir jusqu’à la mort parce qu’ils ont peur de finir en prison ou en exil après leur déchéance ou un échec électoral. Maurice Kamto promet à l’homme qui a célébré le 13 février dernier ses 90 ans « la garantie de son autorité de patriarche de la nation ».

« J’ai beaucoup de respect pour l’âge canonique du Président de la République en fonction. J’ai dit en 2018 et en diverses autres occasions que si j’étais Président de ce pays, si on n’avait pas volé ma victoire et que j’avais accédé à la magistrature suprême, rien ne lui arriverait, à lui et à sa famille. Et je le redis ici, si je suis Président, rien ne lui arrivera. Je suis le seul dirigeant politique à avoir pris cet engagement et un des rares à pouvoir lui donner cette garantie, parce je sais pouvoir expliquez aux Camerounais pourquoi il est bon de le ménager et de le protéger. Je ne puis cependant m’empêcher de dire que la responsabilité de ce désastre lui incombe. Il a refusé obstinément de faire ce que les Camerounais attendaient de lui pour lui rendre tous les honneurs auxquels il aspire en dépit des échecs accumulés le long de son long règne, à savoir organiser une alternance démocratique dans la paix au Cameroun, avec la garantie de son autorité de patriarche de la nation» a déclaré le principal opposant à Paul Biya.

Rappelons que depuis la dernière élection présidentielle en 2018, a l’issue du scrutin, la Cour constitutionnel avait déclaré le Président sortant, vainqueur devant Maurice Kamto arrivé en deuxième position. En réaction, ce dernier a refusé de reconnaître les résultats officiels. Dans la foulée, il avait appelé ses partisans à manifester contre sa « victoire volée ».

LIRE  Cameroon-Paul Biya: "All those who engage in financial embezzlement, will assume the consequences before the courts"

Ainsi, contre l’avis des autorités administratives, le MRC avait organisé plusieurs manifestations à travers le pays pour contester la victoire et la gestion du pays par l’homme du Renouveau qui dirige le Cameroun depuis 41 ans.

Jusqu’à présent, certains, militants et sympathisants, arrêtés lors de ces manifestations, sont en prison. « Enfermés après des parodies de procès, des procès politiques en dépit de la demande de libération du groupe de travail des Nations unies donc le Cameroun est pourtant membre » dénonce Mathieu Youbi, un militant du MRC, très actif sur les réseaux sociaux.

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment