Accueil » Cameroun » Cameroun : les syndicats veulent augmenter les prix des transports

Cameroun : les syndicats veulent augmenter les prix des transports

by Theophile
transport urbain et interurbain au Cameroun

Après l’augmentation des prix des carburants à la pompe survenue dans le pays depuis le 1er février 2023,Une vingtaine de syndicats de ce secteur ont fait parvenir une lettre à cet effet au premier ministre, Joseph Dion Ngute.

Pour le transport de nuit, le tarif proposé est de 400 FCFA contre 300 FCFA présentement. « Sans un débat contradictoire avec les syndicats des transports routiers, le gouvernement a décidé de l’augmentation des prix des carburants à la pompe. (…) Réunis ce jour à la bourse du travail de Messa, les syndicats (…) ont convenu, pour être en capacité de supporter les charges supplémentaires inhérentes à la hausse du super et du gasoil, d’exiger l’augmentation des prix des transports routiers… », lit-on lire dans la correspondance adressée le 2 février 2023 au chef du gouvernement, Joseph Dion Ngute.

D’après les Syndicats nationaux des transports routiers du Cameroun, le coût de transport devrait  être porté à 300 FCFA le jour, et à 400 FCFA, la nuit. Soit des augmentations respectives de 50 FCFA et 100 FCFA. Et pour ce qui est des « dépôts et courses », les syndicats optent pour la formule du « gré à gré ». Tout comme les prix relevant des moto-taxis. S’agissant du transport interurbain, ces acteurs proposent une hausse de 16 FCFA le kilomètre sur les prix habituellement appliqués.

« Dans la certitude d’une rencontre imminente avec le gouvernement, pour la prise en compte de nos doléances, nous nous réservons le droit d’engager toute action reconnue au syndicat et susceptible de nous faire entendre », écrivent les syndicalistes du secteur des transports.

LIRE  Coupe du Cameroun 2023 : le Premier ministre préside la finale ce 24 septembre à Yaoundé

En l’absence d’une réaction gouvernementale, les syndicalistes menacent d’entrer en grève dans les prochains jours, pour contraindre le gouvernement à négocier. En juillet 2014, date de la dernière hausse des prix des carburants et des transports dans le pays, pareille stratégie avait déjà permis aux professionnels du secteur des transports d’obtenir une augmentation des tarifs de 20 à 25% en urbain et interurbain. Ceci, en plus de la réduction de 50% de la taxe de stationnement et de la taxe à l’essieu, respectivement payées par les transporteurs en commun et les camionneurs.

Pour mémoire, depuis le 1er février 2023, les prix de certains produits des hydrocarbures ont été revus à la hausse. Ainsi, le prix du « Super » se fixe désormais à 730 FCFA à la pompe. Celui du « Gasoil » est évalué à 720 FCFA.

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment