Accueil » Cameroun » Cameroun : Décès à 79 ans d’Amadou Ali, ancien vice Premier ministre de 2004 à 2019

Cameroun : Décès à 79 ans d’Amadou Ali, ancien vice Premier ministre de 2004 à 2019

by Theophile
Amadou Ali

Selon nos informations, c’est ce mardi 27 septembre 2022, que l’un des plus grands barons du régime de Yaoundé, a tiré sa révérence.

Le Cameroun vient de perdre l’un de ses dignes fils. Le vice-premier ministre, Amadou Ali  vient de rendre l’âme. Evacué il y a quelques jours pour des soins a l’étranger, le haut commis de l’Etat «avait quitté l’hôpital pour rejoindre son pays à bord, toujours, d’un avion médicalisé», indique nos confrères de l’œil du Sahel.

C’est le corps sans vie de l’ancien secrétaire général de la présidence de la République qui va arriver au Cameroun. Selon notre confrère Adolarc Lamissia, «Amadou Ali est décédé des suites de maladies en Suisse». La nouvelle de son décès s’est aussitôt rependue comme une trainée de poudre.

Ali, est né en 1943 à Kolofata, dans le nord du pays. L’homme était diplômé de l’École nationale d’administration et de magistrature (ENAM) de Yaoundé. Il a également suivi un cycle international d’administration à l’Institut international d’administration publique de Paris.

Comme parcours, il a été premier adjoint préfectoral de Ngaoundéré (1971-1972), directeur de l’Organisation du Territoire au ministère de l’Administration territoriale (1972-1974), secrétaire général du ministère de la Fonction publique (1974-1982), délégué général au Tourisme (1982-1983), délégué général à la Gendarmerie nationale (1983-1985), il est secrétaire d’État à la Défense chargé de la Gendarmerie nationale de 1985 à 1996.

En 1996, il est nommé secrétaire général de la présidence de la République avec rang et prérogatives de ministre, cumulativement avec ses fonctions de Secrétaire d’État à la Défense. Il est ministre d’État délégué à la présidence chargé de la Défense de 1997 à 2001 puis ministre d’État, chargé de la Justice, garde des Sceaux de 2001 à 2004.

LIRE  Georges Dougeli: "The Cameroonian government still has its head in the pre-digital era"

Dans l’affaire Atangana, il prescrit à Luc Loe (1937-2001) la poursuite des enquêtes préliminaires sur la gestion de COPISUPR par Michel Thierry Atangana. Au terme de ces enquêtes, le directeur de la Police judiciaire rend un rapport selon lequel aucune charge ne peut être retenue contre l’accusé. Le 8 décembre 2004, il est nommé Vice-Premier ministre, tout en restant ministre de la Justice, garde des Sceaux. Depuis 2011, il était ministre chargé des Relations avec les Assemblées dans les gouvernements Yang II et III.

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment