Accueil » Sécurité » Cameroun-Crise Anglophone : un ancien séparatiste assassiné après avoir déposé les armes

Cameroun-Crise Anglophone : un ancien séparatiste assassiné après avoir déposé les armes

by Theophile
Fru Isidore Asoba

A Bamenda dans la région du Nord-Ouest, un ancien combattant Ambazonien ayant récemment rejoint le programme de Désarmement, Démobilisation et Réintégration (DDR) , a été tué par ses anciens camarades des Forces de Défense d’Ambazonie (ADF), a appris camerounactuonline.com.

Environ trois semaines après avoir déposé les armes et rejoint le centre de Désarmement, Démobilisation et Réintégration à Bamenda, l’ancien séparatiste Fru Isidore Asoba a été assassiné. Les éléments d’un groupe armé opposé aux Forces de défense camerounaises l’ont tué dans une attaque survenue dans la nuit du dimanche 16 juin. Ils auraient pris son départ de leurs rangs comme un acte de trahison.

Le Commandant du groupe séparatiste, Dr. Cho Ayaba, a publié une déclaration ferme avertissant contre toute trahison de la cause ambazonienne, déclarant : « Trahir l’Ambazonie et nous vous attraperons. La République du Cameroun (LRC) devrait venir chercher leur traître du DDR à Nchuobuh. J’envoie un message fort à tous ceux qui travaillent pour l’ennemi en trahissant l’Ambazonie pour qu’ils sachent que nous les traquerons. »

Les programmes de DDR visent à faciliter la transition des anciens combattants vers la vie civile.  Bien que certains anciens combattants parviennent à survivre après avoir quitté la cause, beaucoup d’autres restent vulnérables. Et les cas comme celui du meurtre de Fru Isidore Asoba met en lumière les complexités entourant de ces programmes, et les risques encourus par les anciens combattants tentant de quitter les groupes armés. En effet, l’assassinat de Fru Isidore Asoba montre le risque en face duquel des anciens combattants séparatistes peuvent se trouver. Tandis qu’ils ont déposé des armes pour un retour à la paix et pour faciliter leur réinsertion dans la société, ils font face à la pression des groupes armés qui les considèrent comme des « traitres » et sont prêts à les assassiner.

LIRE  Cameroun-Dr Jean Crépin Nyamsi : « Essomba Dieudonné, il faut retourner à l’Université et préparer normalement une thèse de doctorat »

Le conflit dans les régions anglophones a débuté en 2016, suscité par les revendications des enseignants et avocats anglophones. Depuis lors, les affrontements armés et les représailles de l’armée ont causé plus de 6 000 morts et poussé des milliers de personnes à devenir réfugiées ou déplacées internes.

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment