Accueil » Cameroun – Crise anglophone: Sept soldats tués dans les localités de Nkambe, Ndu et Noni

Cameroun – Crise anglophone: Sept soldats tués dans les localités de Nkambe, Ndu et Noni

by Theophile
militaires à Galim

Ils ont été abattus dans la nuit du dimanche 12 au lundi 13 septembre 2021 par des sécessionnistes.

Un coup dur pour l’armée camerounaise sur le front du conflit armé dans les régions anglophones. Au moins 07 soldats ont été tués dans la nuit du dimanche 12 au lundi 13 septembre 2021 par des combattants séparatistes, a appris camerounactuonline.com de sources médiatiques.

«Sept militaires ont été tués dans la nuit de dimanche à lundi 13 septembre dans la zone Kumbo, dans le Nord-Ouest du Cameroun.  Des séparatistes terroristes ont attaqué simultanément trois postes militaires dans la région du Nord-Ouest. Il s’agit notamment des localités de Nkambe, Noni et Ndu. Le bilan provisoire de ces attaques fait état de sept militaires tués et plusieurs blessés », a affirmé à l’agence de presse turque Anadolu, le gouverneur de la région, Adolphe Lélé Lafrique.

Des hommes armés, présentés comme des combattants séparatistes, ont attaqué simultanément plusieurs postes militaires dans la région du Nord-Ouest. Il s’agit de Beldou Dankreo,  Paul Koyang, Betsou, Tetang Amade, Alima Ngono, Kamara Haman et Wirifal Geremy.

Deux soldats, a-t-on appris, ont été tués le 11 septembre 2021 dans une autre attaque dans la localité de Chouame. Pour l’instant, l’armée ne s’est encore prononcée sur ces différentes attaques qui lui porteraient un nouveau coup dur dans la guerre qu’elle mène depuis près de 4 ans avec des séparatistes anglophones dans les deux régions du Nord-Ouest et Sud-Ouest.

La population anglophone de ce pays d’Afrique centrale représente environ 20 % de ses 23 millions d’habitants. Depuis novembre 2016, cette minorité proteste contre sa marginalisation, certains exigeant le fédéralisme, d’autres la sécession. Selon des chiffres recensés par des organismes internationaux, la crise anglophone a, depuis 2016, entrainé la mort de 1200 soldats et plus de 3500 civils. Plus de 500 000 personnes ont également été contraintes de quitter leur domicile pour chercher refuge à l’intérieur du pays ou hors des frontières.

LIRE  The national gendarmerie dismantles a clinic specializing in the voluntary termination of pregnancies in Yaoundé

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment