Accueil » Cameroun-Crise anglophone : Le père d’un soldat décède trois jours après l’assassinat de son fils par les séparatistes

Cameroun-Crise anglophone : Le père d’un soldat décède trois jours après l’assassinat de son fils par les séparatistes

by Theophile
l’armée camerounaise

L’homme a rendu l’âme le 17 septembre dernier, a-t-on appris des sources médiatiques.

C’est une information relayée par le confrère Le bled parle. Un papa des 7 soldats camerounais qui ont été tués le 13 septembre 2021, à Kumbo dans la région du Nord-Ouest par les Ambazoniens a rendu l’âme, quatre jours après avoir appris le décès de son enfant dénommé Tetang Amédée.

Des sources dignes de foi renseignent que le militaire tombé au front a laissé une veuve et un bébé de trois jours seulement.

Pour rappel, des nombreux cas d’as assassinat ont été enregistrés dans les région anglophones ces derniers jours.

Au quinze militaires camerounais ont été tués dans une attaque perpétrée jeudi 16 Septembre 2021 par des séparatistes anglophones à Bamessing dans l’arrondissement de Ndop, département du Ngo-Ketunjia, région du Nord-Ouest Cameroun. Après avoir assassiné les éléments du Bataillon d’intervention(BIR) rapide en patrouille dans la localité, les hommes armés ont incendié le blindé et propagé les images horribles dans les réseaux sociaux.

L’attaque de jeudi intervenait cinq jours après l’embuscade qui a coûté la vie à sept soldats (Beldou Dankreo,  Paul Koyang, Betsou, Tetang Amade, Alima Ngono, Kamara Haman et Wirifal Geremy) dans les localités de Nkambe, Ndu et Noni (Nord-Ouest).

L’on note depuis des mois, que les Ambazoniens reviennent en force dans les régions anglophones. Entre incendie d’écoles publiques, assassinats de civils et meurtre des soldats engagés au front, ils ne cessent de multiplier leurs exactions. Pour l’économiste Dieudonné Essomba, il faut oublier l’idée selon laquelle, l’Etat arrivera à bout des Ambazoniens par une solution militaire. Pour lui, il faut impérativement aller vers le fédéralisme.

LIRE  Cameroun-Consommation: La rareté du maquereau « Oya Oya » sur les marchés à Douala

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment