Accueil » Politique » Cameroun-Calixthe Beyala : « je n’ai jamais écrit au Président Paul Biya pour lui demander un poste, je ne travaille pas avec les pilleurs des caisses de l’Etat »

Cameroun-Calixthe Beyala : « je n’ai jamais écrit au Président Paul Biya pour lui demander un poste, je ne travaille pas avec les pilleurs des caisses de l’Etat »

by Theophile
Calixthe Beyala

L’écrivaine franco-camerounaise a commis un petit texte sur son compte Facebook pour dire au camerounais qu’elle n’a jamais demandé un poste au Chef de l’Etat.

La femme de littérature pense que le pouvoir quarantenaire de Yaoundé doit céder la place à une autre expérience. « Une famille, la même confisque le pouvoir depuis 40 longues années au Cameroun, sans développer le pays. Et elle trouve anormal que je demande qu’arrive une autre expérience politique. Les voilà vent debout ! Sont-ils normaux, ces gens ? », écrit-elle.

Dans Cette brève sortie, Calixthe Beyala, fait la mise au point.  « Je n’ai jamais écrit au Président Paul Biya pour lui demander un poste, je ne travaille pas avec les pilleurs des caisses de l’état ! Il n’y aura pas de succession de père vers le fils. Le Cameroun n’est pas un royaume », soutient-elle.

« Ma résidence de Douala a été construite avec mes droits d’auteurs ; Votre star de la brousse ne m’a jamais offert un pauvre billet d’avion, d’ailleurs, je ne le connaissais pas ! Ces calomnies ne m’empêcheront pas de crier : Il n’y aura pas de succession de père en fils au Cameroun », poursuit l’écrivaine.

Si finalement la succession de père en fils, ce sera un royaume décadent. « Si par pure malchance, le Cameroun devenait un Royaume où la succession se ferait de père en fils, il ne s’agira pas d’un Royaume comme l’Angleterre, mais d’un Royaume décadent où le maître mot sera pillage, vol et pédophilie. Et à cela, ensemble, nous disons Non, Niet, Jamais ! », ajoute-t-elle.

LIRE  Cameroun: Maurice Kamto adresse ses félicitations aux Lionnes du volleyball après leur 3e sacre à Kigali

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment