Accueil » Opinion » Cameroun-Bruno Bidjang : « Si Haman Mana était mon enseignant, je démissionnerais de ma formation »

Cameroun-Bruno Bidjang : « Si Haman Mana était mon enseignant, je démissionnerais de ma formation »

by Theophile
Bruno Bidjang

Bruno Bidjang accuse Haman Mana, directeur de publication du quotidien Le Jour, d’avoir lancé une fatwa contre son patron Jean Pierre Amougou Belinga.

Le journal « Le Jour » dans sa parution du mercredi 04 janvier 2023 a consacré sa Une au PDG du groupe L’Anecdote, Jean Pierre Amougou Belinga, « Les dénonciations qui accablent Amougou Belinga », a titré le journal. « Des soupçons d’irrégularité des paiements du Trésor public s’évaluent à 46 milliards de FCFA entre 2013 et 2021 ». Dès la publication de cette Une, les internautes ont dit sur la toile que ce support médiatique avec son patron va bouffer la tontine sur Vision 4 télévision, comme cela se dit dans le jargon camerounais.

24 heures après Vision 4 passe à l’offensive, décidant de répondre au quotidien bleu d’Haman Mana dans le cadre de l’émission « Tour d’horizon ». «Manipulation de l’opinion : Le Jour en flagrant délit », tel est le thème inscrit à l’ordre du jour. Pour Bruno Bidjang, Le Jour est très mal placé pour donner des leçons aux entreprises de son patron, en n’étant pas lui-même un modèle. « Le Groupe l’Anecdocte n’a aucune leçon à recevoir de quelqu’un qui ne paye pas ses propres employés », fulmine le Directeur adjoint de Vision 4. Avant de s’attaquer à la personne d’ Haman Mana, journaliste emérite camerounais « Si ce directeur de publication (Ndlr, Haman Mana) était mon enseignant, je démissionnerais de ma formation ».

Il donne ensuite les noms de certains supports médiatiques qui sont payés d’après lui pour lyncher son boss. « Le journal LE JOUR, l’hebdomadaire KALARA, RFI, Martinez Zogo, reçoivent des dizaines de millions pour parler en mal de Jean Pierre Amougou Belinga », cite Bruno Bidjang.

LIRE  Affaire Martinez Zogo : Les avocats de Jean-Pierre Amougou Belinga déboutés à deux reprises par la Cour d’appel

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment