Accueil » Burkina Faso : Après la condamnation de Blaise Compaoré, la veuve de Thomas Sankara réagit

Burkina Faso : Après la condamnation de Blaise Compaoré, la veuve de Thomas Sankara réagit

by Theophile
La veuve de Thomas Sankara, Mariam
Thomas Sankara
Thomas Sankara

Un tribunal militaire du Burkina Faso a condamné mercredi l’ancien président Blaise Compaoré à la prison à vie pour l’assassinat du leader révolutionnaire Thomas Sankara en 1987.

Les réactions ont commencé à suivre la décision d’un tribunal militaire au Burkina Faso, mercredi, qui a condamné à perpétuité l’ancien président Blaise Compaoré pour l’assassinat en 1987 du leader révolutionnaire Thomas Sankara.

Des applaudissements ont éclaté dans la salle d’audience lors de la lecture du verdict tant attendu, mettant fin à une affaire qui afflige cet État appauvri et instable depuis 34 ans.

La veuve de Thomas Sankara, Mariam était également présente lors du jugement. Mariam a salué le verdict comme une véritable justice « Je pense que le peuple burkinabé et l’opinion publique savent maintenant qui était le président Thomas Sankara, qui était l’individu, qui était l’homme politique, ce qu’il voulait, ce que voulaient ceux qui l’ont assassiné. En tout cas, je suis soulagé parce qu’on sait qui il l’est. On l’avait appelé tout dans les discours et tout ça, maintenant nous savons que c’était un homme intègre. »

Blaise Compaoré
Blaise Compaoré

L’un des avocats de l’accusation, Prospère Farama, a souri au verdict. « Oui, justice a été rendue. Pour le peuple, parce que ça fait 34 ans de lutte d’un peuple. Il ne faut pas oublier, ça fait 34 ans que le peuple burkinabé se bat contre l’impunité. Et avec cette affaire, je pense que c’est une grande victoire… »

Le tribunal a également condamné à perpétuité Hyacinthe Kafando, un officier soupçonné d’avoir dirigé le commando, et le général Gilbert Diendere, un commandant de l’armée au moment de l’assassinat, qui a coïncidé avec un coup d’État qui a porté Compaoré au pouvoir. Huit autres accusés ont été condamnés à des peines de prison allant de trois à 20 ans, tandis que trois accusés ont été acquittés.

LIRE  Burkina Faso : Manifestation contre la coopération militaire avec la France

Mais l’ex-président Blaise Compaoré vit en exil en Côte d’Ivoire après avoir été renversé par des manifestations publiques en 2014, et Kafando, qui est en fuite depuis 2016. Leur procès et leur condamnation ont été prononcés par contumace.

« Cette décision, qui intervient après un quart de siècle de procédures multiples pour nous, est la bienvenue. C’est en même temps une leçon et les Africains devraient s’en inspirer et faire en sorte que de tels drames ne se reproduisent plus dans nos pays. » a déclaré Bénéwindé Sankara, un autre avocat des parties civiles.

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment