Accueil » Batouri : le préfet de la Kadey ordonne l’arrêt des activités minières

Batouri : le préfet de la Kadey ordonne l’arrêt des activités minières

by Theophile
Un site minier au Cameroun

Djadaï Yacouba justifie sa décision, prise «sur instructions du gouverneur de la région de l’Est», par «des nécessités de protection des vies humaines et de l’environnement».

C’est le mercredi 27 juillet 2022 que le préfet Djadaï Yakouba a signé l’arrêté ordonnant la cessation de toute activité minière dans la zone aurif§re de Bamélé, dans la périphérie de Batouri (région de l’Est).Pour justifier cette décision d’interdiction, le préfet invoque notamment les morts récurrentes de personnes par noyade et éboulement. Ces morts accidentelles sont souvent causées par le non-respect des prescriptions environnementales en la matière.Les autres motivations qui sous-tendent la décision du préfet sont les menaces de dégradation de la route nationale numéro 10, du fait de l’obstruction du lit des cours d’eau par les coulées boueuses.

Jusqu’à ce que nous allions sous presse, et malgré nos multiples tentatives pour y parvenir, camerounactuonline.comn’avait pas encore pu obtenir l’identité des entreprises minières incriminées. Seulement, si l’on s’en tient aux indications souvent données par l’organisation à but non lucratif Forêts et développement rural (Foder) qui mène depuis 2015 un projet de gouvernance minière dans les régions de l’Adamaoua et de l’Est du pays, « une dizaine de sociétés sont impliquées dans les centaines de morts répertoriés. Il s’agit de Dynastie Mining, Lu, Mme Lu, Wang, Phoenix Mining, « Chinois », Southland Mining, HMC Mining, Hong-Kong Mining, C&K Mining et Scem.»

Selon un fichier tenu par cette entité, «de 2014 au 30 avril 2021, l’on a enregistré 157 morts dans les chantiers miniers de l’Est». Avec 29 décès enregistrés au cours de cette période, le département de la Kadéy est le deuxième plus meurtrier, derrière le Lom-et-Djerem qui en compte 120. Si on y ajoute les huit morts de Bélita 2 et les deux de Kambele en juin 2022, les chiffres macabres de la Kadéy montent officiellement à 39 morts. Selon le macabre palmarès dressé par Foder,  « ces décès sont dus aux noyades (56%), éboulements de terrain (26%) et braquages à main armée (11%).»

LIRE  Yaoundé: Un monument sur « j’aime mon pays le Cameroun » fait polémique

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment