Accueil » Sécurité » Bamenda : plus de 1 000 cartes nationales d’identité abandonnées au poste d’identification de Tubah

Bamenda : plus de 1 000 cartes nationales d’identité abandonnées au poste d’identification de Tubah

by Theophile
cartes nationales d’identité

La Délégation générale à la Sûreté nationale (DGSN) a publié une liste des cartes nationales d’identité en souffrance au poste d’identification de Tubah, localité située dans l’arrondissement de Bamenda 3 dans la région en crise du Nord-Ouest.

On y apprend ainsi qu’au 22 novembre 2022, 1 241 CNI ont été abandonnées par leurs propriétaires. Depuis leur identification, les personnes concernées par ce document ne sont plus passées vérifier s’il est disponible. Les cartes les plus anciennes ont été produites en 2017.

Ce cas n’est cependant pas isolé. En avril dernier, le délégué régional à la Sûreté nationale pour le Sud, le commissaire divisionnaire Hubert Nicolas Zo’obame, annonçait que 25 000 CNI étaient en souffrance dans les postes d’identification de la police de la région. Il invitait alors leurs demandeurs à passer les retirer. Lors d’un point de presse en septembre 2021, la DGSN avait révélé que plus de 500 000 CNI étaient en attente de retrait dans les services de police du pays. Malgré la mise en place d’un nouveau système pour accélérer le processus de production des titres identitaires, notamment la CNI, de nombreux usagers qui se sont enrôlés depuis des mois, voire des années, peinent à rentrer en possession de ce document, quand d’autres l’obtiennent sans grande difficulté.

« J’ai fait ma CNI en octobre 2020. Mais je ne l’ai toujours pas et ils n’arrêtent pas de proroger mon récépissé. La dernière fois que je suis allée au poste de police, on m’a fait comprendre que ma demande est en traitement », confie Carine, étudiante. L’année dernière, la DGSN a mis à disposition du public des numéros WhatsApp (696 30 23 55 / 695 70 62 91) pour permettre aux usagers d’obtenir des renseignements relatifs à la délivrance de leur CNI, ce à la suite d’une vaste campagne de revendication des CNI sur les réseaux sociaux.

LIRE  Georges Gilbert Baongla : « je crois que j’avais besoin de passer par la prison »

SBBC

TU POURRAIS AUSSI AIMER

Leave a Comment